Forum RPG se déroulant 341 années standard après le 4ème grand schisme (1659 BBY)
Forum réservé au plus de 12 ans, pouvant contenir des scènes à caractère érotique ainsi qu'un contenu pouvant choquer les âmes sensibles.<br>Forum optimisé pour Firefox ou Google Chrome, non conçu pour Internet Explorer.
 

Partagez | 
 

 Un nouveau départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 365
Date d'inscription : 02/07/2012
MessageSujet: Un nouveau départ   Dim 20 Jan - 0:24

La nuit était tombée sur les glaciers d’Arkania, dans le paysage gelé de la capitale du Consulat seul le vent hurlait. Son sifflement sans âme, pénétrant la moindre anfractuosité, semblait pouvoir plonger jusqu’aux tréfonds de la planète pour en arracher toute vie. Bien qu’à plus de vingt mètres sous la surface, le couloir dans lequel les gardes Arkaniens Galvin Vonrik et Nobu Alkin avançait ne faisait pas exception. Une fois encore son cri pénétrant traversa le couloir de l’aile Sud du complexe de haute sécurité de la base de Novania. Quelques secondes passèrent puis, comme s’il s’eut s’agit pour lui d’un besoin vital, l’un des deux hommes prit sur lui de briser le silence.

Ah tu parles d’une nuit pour être de garde. On serait bien mieux au chaud à la caserne…

L’autre comme surpris laissa planer un cours silence avant de répondre.

Oui, ou à vider quelques pintes avant de se réchauffer dans les bras d’une des putains de l’astroport. De toute façon n’importe quoi plutôt qu’à se geler dans ces couloirs. Comme si des droïdes ne suffisaient pas pour faire ce boulot à la con.

A moins soixante-huit sur l’échelle de Kardaïev elle a intérêt à savoir y faire pour te tenir chaud ta gueuse. Ca fait quarante ans qu’ils n’ont plus connu ça dans la région, parait qu’à cette température même les liquides de transmission des droïdes gèlent.

Tu parles de conneries, ils seraient prêts à raconter n’importe quoi pour nous charger de leurs besognes… Mais bon sang si au moins ça servait à quelque chose ! On fait quoi là ? Comme si les les Sith ou les Reps allaient nous déclarer la guerre dans la soirée ou chercher à s’introduire dans un complexe aussi sur que celui-ci…

Ouai… Enfin en attendant c’est bien ce qu’a fait notre prochain client.

C’était il y a deux mois bordel ! Et de toute façon qu’est-ce qu’on pourrait bien faire contre un mec dans ce genre ? Il parait qu’il a fallu trois jedi pour le maitriser quand ils l’ont choppé.

Non quatre… Et ils sont pas passé loin de se faire corriger pas ce malade. Heureusement qu’ils avaient bien jaugé le mec avant de se lancer à l’assaut.

Sacré client, et ils savent ce qu’il était venu chercher ?

Tu crois pas non plus que je tape la discute avec le commandant là-dessus tous les matins? Comment tu veux que je le sache? De toute façon je ne sais même pas si le vieux est au courant. Ils ont mis les sith sur le coup, ces mecs là si tu veux mon avis vaut mieux éviter de leur poser des questions. Mais bon, ce qu’il est venu chercher, il y a pas besoin d’avoir un sabre laser sur la hanche pour le deviner… J’pense plutôt qu’ils voulaient savoir pour quel compte il est venu chercher ces infos...

Tu déconne ça fait deux mois qu’ils le torturent il a dû cracher le morceau depuis longtemps.

Un mec capable de tenir tête à quatre Jedi ? J’te parie qu’ils ne savent même pas encore son nom.

Ouai, en attendant ça ne justifie pas plus ce qu’on vient foutre ici. Ils ne lui ont pas foutu une nounou pour surveiller la porte de sa cellule jour et nuit ?

Si, encore un de ces enfoirés de sith de la légion. Parait que c’est devenu le dernier jeu à la mode chez ces tordus de seigneurs noirs. Chaque fois qu’un de leurs apprentis fait une merde ils le collent à surveiller la porte de sa cellule pendant plusieurs jours.

Ah ça en fait plus d’un qui doivent avoir envie de lui dégommer la tronche.

C’est clair. Surtout avec ces mecs, c’est pas des enfants de cœur. Avec un peu de chance c’est ce que leur maître attendent, qu’un de leurs petits tarés de protégés tente de se montrer plus malin que les autres et essaye de faire parler le prisonnier ou alors pète un câble et aille lui griller la cervelle… Et en attendant c’est nous qui allons l’avoir en face là…

Putain c’est vrai… T’as une idée du quel c’est ?

Plutôt ouai, c’est Fraek… T’as du en entendre parler, c’est le mec qui a foutu la merde il y a deux semaines de ça dans la ville basse… J’te resitue le truc… Le petit sith en question avait été lâché par son maître, et pour le coup il est parti se jeter un verre au Bensloka… Jusque là il y a pas de mal tu m’diras. Sauf que ces sith tu sais comment ils fonctionnent. La fille du patron servait les clients en salle et elle lui a tapé dans l’œil. Notes il y avait de quoi si tu l’avais vu… D’emblée le sith l’embarque et entreprend de s’occuper d’elle dans l’arrière-boutique. Même si ça d’vait pas être le premier à qui ça avait traversé l’idée tu vois quand même le genre. Et au bout d’un moment les cris de la gamine ont fini par rameuter son père. Une vraie armoire ce type. Le gêneur lambda il lui aurait mis une raclé et l’aurait foutu dehors. Sauf que là c’était un sith… Lorsqu’on a retrouvé le bonhomme il avait été découpé en deux d’un coup de sabre laser. Et pour empêcher la gamine de se débattre et de hurler Fraek lui avait cramé la langue avec son sabre et explosé la colonne vertébrale, elle ne pouvait plus rien faire d’autre que chialer... Elle a mis trois jours à se laisser mourir après ça. Mais bon après le père, c’est un Jedi qui a débarqué et a découvert la scène… T’imagine le genre, les morceaux du vieux d’un côté et de l’autre la gamine mutilé et le sith qui achevait sa petite affaire malgré tout.

Sympa… Et ils l’ont laissé dehors ?

C’était des scions, il y a quelques années de ça on n’aurait même pas mené d’enquête pour ça… Et là encore heureux que ça soit un Jedi qui l’ait choppé sinon pas grand monde n’en aurait eu grand-chose à foutre. Là le sith en a pris pour quelques mois à jouer au gardien de prison plutôt que d’aller jouer au seigneur noir avec les autres tarés dans son genre.

Non mais quand même si ça avait toi ou moi on serait en taule et pour un moment pour ça !

Oui et bien faut croire qu’on est pas aussi utile à l’effort de guerre pour le consulat que les membres de la Legion.

N’empêche, quand j’y pense, j’n’envie pas le mec qu’il a sous sa garde… Avec un tordu pareil il risque de prendre mal.

Ouai mais on va pas plaindre ce connard non plus. Bon par contre maintenant ferme là, si Fraek nous entend c’est nous qui allons avoir des problèmes et ça me ferait mal de crever ce soir dans ce couloir…

Les deux hommes continuèrent à avancer quelques minutes sans prononcer un mot, le souffle du vent se faisait encore entendre à la fois lointain et proche, s’enfonçant encore plus bas vers le cœur de la planète. Les cellules qui se trouvaient là étaient idéalement situées, nul n’aurait pu deviner leur existence. Ils avancèrent d’un pas lent devant les dizaines de cellules vides. Puis les deux hommes arrivèrent devant une épaisse porte de duracier entrouverte. Les deux hommes hésitèrent puis s’avancèrent dans la cellule, là un corps se trouvait étendu au sol, le visage éclaté, écrasé sur les dalles des pierres qui pavaient l’endroit. Les deux arkaniens s’avancèrent lentement observant le cadavre puis le silence se brisa naturellement, d’une voix lente ils commencèrent à murmurer, comme si leur voix risquait de réveiller le mort.

Bon et bien je te l’avais bien dit, il l’a bien démonté.

Ouai… Il semblerait… Et il est passé où l’autre ?

Je sais pas…

Il ne pouvait s’empêcher de fixer le corps mutilé, une curiosité malsaine sans doute mais quelque chose d’étrange semblait ne pas coller. Soudain ce fut comme un éclair.

Oh merde regarde sur son épaule ! Le symbole de la Légion !

Ils n’eurent pas le temps de se retourner, la porte claqua. Au sol un filet de sang disparaissait sous celle-ci. L’air se chargea d’une lourde odeur d’ozone, il y eu un sifflement et le contour de la porte sembla s’embraser l’espace d’un instant puis la soudure pâlît. Les arkaniens se précipitèrent contre la porte, trop tard, tentant en vain de l’ouvrir ils ne réalisaient pas encore leur chance d’avoir sauvé leur peau. Dans le couloir le vent hurlait et d’un pas lent l’Hapien blessé prenait le chemin de la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 16/09/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Ven 25 Jan - 6:43


Un nouveau départ
"Le jour où j'ai décidé d'avancer seule, je n'avais alors pas conscience de tout ce que cela impliquait. J'ai agis sans réfléchir, aujourd'hui je m'en rends compte, pourtant, je ne regrette pas mon choix. Je ne ressens ni l'envie, ni le besoin de retourner à ma vie d'avant, et qu'importe les épreuves qui se dressent sur mon chemin. Je ne veux pas faire demi tour. J'ai fait mon choix. J'ai choisi ma propre voie et il me reste tant à faire, tant à découvrir... Oui, je réalise aujourd'hui à quel point il me faudra du temps pour atteindre mon but, que la route qui m'attend est longue et obscure. Elle ne me mènera pas toujours là où je veux aller. Mais quoi qu'il arrive, je la suivrai, sans jamais regarder en arrière."


Eris avait l'impression que le froid la dévorait de l'intérieur, rongeant ses os, brûlant sa peau, dévorant ses muscles... La première fois qu'elle avait été confronté à un froid pareil, sur Hoth, la padawan avait tout simplement refusé de quitter le vaisseau de son maître, s'enfermant dans sa cabine pour n'y ressortir qu'une fois qu'Aliera eut capitulée et décidée de la laisser ici le temps de son séjour. Comment pouvait-il exister des endroits aussi froids? Arkania était bien pire que tout ce qu'à quoi s’était préparé la jedi. Emmitouflée dans une longue bure en poils de Bantha, Eris semblait disparaître sous cette dernière, sans compter la large écharpe blanche lui couvrant tout le bas du visage, tandis que sa capuche lui en cachait le haut. Elle semblait si petite, se perdant dans tout ce linge, que cela en devenait risible. Seuls les tremblement qui l'animaient prouvaient que ce n’était pas qu'un tas de chiffon...

"Vous n'avez vraiment pas de chance ma p'tite dame. Arriver juste quand une tempête se lève. J'saurai trop vous conseiller d'vous rendre à une cantina et d'y rester jusqu'à ce que ça s'calme."

Parce qu'il la pensait assez folle pour sortir dans ce froid? Sa seule envie, à l'instant, était de retourner au spatioport et de quitter la planète à toute jambe pour ne plus jamais y revenir. Relevant doucement le menton du fin fond de son col, Eris regarda craintivement par la vitre de la navette la transportant jusqu'à la capitale, alors qu'un blizzard gelé s'abattait sur la ville. Secouant la tête, elle préféra arrêter bien vite. Cette simple vue ne faisait que la geler encore plus. Inquiète, elle prit la parole, faisant de son mieux pour cacher les tremblement dans sa voix, alors que ses dents claquaient en rythme.

"C'est... C'est toujours comme ça ici?"

"Nan heureusement, normalement il fait un peu plus chaud. Enfin, ''chaud'', voyez quoi. Ça fait des lustres qu'on avait pas eu un temps comme celui-là. "

"Espérons que cela ne dure pas trop longtemps, alors..."

Juste quand Eris était en visite sur la planète, le temps devenait infecte. Décidément, elle savait toujours parfaitement choisir ses moments. La jedi s’était décidé à venir donner, tout comme elle l'avait fait pour l'ordre Jedi, le vaccin de la Roue à l'alliance. Elle ignorait parfaitement comment avait terminé la roue et si un vaccin avait été trouvé, mais au vu des relations plus que tendu entre les deux grandes puissances, la jedi n'avait aucune certitude que la république partagerait son savoir avec le consulat. D’où sa présence sur la planète glacée... Et puis, il fallait l'avouer, elle était très curieuse de voir à quoi ressemblait l'alliance Jedi. Elle en avait souvent entendu parlé (et rarement en bon terme, même de la part de maître Aliera), mais jamais elle n'avait pris le temps de venir ici en personne. Si autrefois la chose aurait pu être épineuse au vu de son allégeance à la république, aujourd'hui, ce n’était plus le cas. Eris était probablement la manieuse de Force la plus libre qui soi, dans toute cette galaxie. Elle n'avait de compte à rendre à personne et faisait uniquement ce que la Force attendait d'elle, lui montrant par ses nombreuses visions la voie à suivre...

En parlant de voie, celle du Sith meurtrier de son maître restait pour le moment toujours aussi fermée. Et il en était ainsi depuis la Roue. Helas, il n'y avait, pour l'instant, rien a faire d'autre qu'attendre que cela revienne. Peut-être n'avait-elle pas fini de faire ce qu'on attendait d'elle. Peut-être qu'à la fin de son séjour à Arkania, le chemin de la vengeance s'ouvrirait de nouveau à elle... A part espérer et attendre, Eris ne pouvait de toute façon rien faire de concret pour changer les choses.

"Faites attention à vous ma p'tite dame!"

Faisant un signe d'au revoir au conducteur de la navette, Eris pressa le pas, se dépêtrant dans neige et la glace pour rejoindre la cantina, à quelques pas d'elle, sortant même ses membranes nictitantes pour protéger ses yeux du vent assassin. Si le chemin ne dura qu'un instant, il lui sembla assez long pour qu'elle ne sente plus son nez, pourtant caché dans son écharpe laineuse.
Qu'est-ce que l'envie de repartir à l'instant la tenaillait...


____________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 11/11/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Jeu 7 Fév - 22:33

Il ouvrit les yeux. Sa respiration était saccadée et il sentait son cœur battre à la chamade. Où se trouvait-il ? Sa vue était trouble, comme à chaque fois où il sortait du sommeil prolongé. Une forte source de lumière lui blessait la vue par accoup régulier. Qu’était-ce ? Comme si quelqu’un agitait une lampe devant ses yeux, mais bientôt sa vue se fit moins floue et il distingua une ampoule cassée qui faisait des siennes. L’endroit ressemblait à un vieux vaisseaux en mauvais état. Il ne fallait pas être quelqu’un de très intélligent pour remarquer qu’il y avait eut du grabuge ici. Les panneaux muraux avait été réduit en cendres et fumaient toujours. Des traces de brulures, comme celle qu’aurait fait une arme laser, recouvraient les murs et le mobilier. Mais bon sang que faisait-il ici ! Tout cela ne ressemblait à rien de ce qu’il avait vu lorsqu’il s’était endormi la dernière fois, auprès de Batreyel. Un peu perdu, il essaya de se relever. Il remarqua qu’il portait toujours la même combinaison que lors de son repos. Une fois debout, il découvrit le corps d’un homme reposant sur le coté du cercueil. Mort. Un sabre laser éteint reposait à ses cotés. Et au vu de la position de l’homme, son arme avait du glisser de sa main. Un trou béant et fumant se trouvait au centre de son torse. Mollosus, à peine réveillé, ignorant le lieu où il se trouvait, s’empara vivement du sabre laser de l’homme mort et se dirigea vers la porte ouverte se trouvant devant lui.

Mollosus. Il avait passé sa vie a dormir, garder au calme comme un produit qu’on préserve pour être un jour consumer. Lors de ses réveils, on l’avait toujours ménager et accompagné. Les Sith avaient été là pour lui. Par n’importe lesquels, ceux du traitré d’Upekzar. Lors de son derniers sommeils, Darth Batreyel et Darth Mortuus avaient été les derniers membres à se faire manifester. Le dernier se présentait comme être son père. Qu’étaient-ils devenu ? D’ailleurs, combien de temps était-il resté endormi ? Il continua à marché avant de déboucher sur un poste de pilotage. Il ne devait donc pas se trouver dans un appareil de grande taille, ce qui éliminait la possibilité de se trouver à bord d’un des croiseurs de Mortuus. Il y avait du sang un peu partout dans la cabine de pilotage et des corps se trouvaient également éparpillé tout autour de lui. Aucune trace de vie hormis le siège de pilotage qui bougeait de temps en temps. Par le truchement de la force, Mollosus sentait la présence de quelqu’un assis là. Ce simple sentiment le confronta à la réalité, l’enseignement à la force que le traité d’Upekzar lui avait fait était toujours présent. Pourtant il ignorait comment s’en servir directement. C’était un peu comme des options qu’on vous proposait mais que vous ignoriez comment les utiliser.

Un mouvement au poste de pilotage, un bruit de respiration. Faible. Une toux nerveuse. Le siège pivota quelque peu et Mollosus y découvrit un personnage en bure noire pilotant le vaisseau. Au premier regard, le sith sut que le pilote était mal en point. Une main contenait une blessure au niveau du ventre tandis que l’autre tenait les commandes du vaisseau. Le blessé lui adressa un sourire calme avant de baisser les yeux vers le sabre laser que le jeune homme tenait fermement entre ses doigts.

« - Ainsi t’es réveillé. Je savais pas combien de temps cela prendrait avant que tu reprenne conscience. C’est une sacrée machine ton lit ! »

Un rire rauque et gras suivi ses paroles, accompagnée d’une nouvelle quinte de toux assez violente.

« - Où suis-je ? » fit Mollosus. Sa voix lui parut tellement faible. Combien de temps était-il resté endormit ? Depuis combien de temps ne l’avait-on pas approvisionné ? Et où était donc Batreyel ? Il ne le trouvait parmi aucun des corps présent.

« - Ah ! On doit être pas loin d’Arkania. Tu dois surement te demander ce que tu fiche loin de ton gardiens en armure. Dis-toi qu’il est bien moins en forme que je ne le suis. Il doit surement nourrir les pissenlit à cette heure-ci. On l’a laissé sur Upekzar il y a plus de six mois. Une longue histoire de gué-guerre avec la Légion Sith et de fuite et nous voilà ici. Sans parler de la mutinerie. » Il désigna les corps étendu au sol. « Ils voulaient te ramener sur Coruscant pour se servir de toi comme appat pour attraper le seigneur Noir. Mais avec la mort de Mortuus a tout changé. Ils voulaient t’abbatre comme un animal. Nous étions deux à être contre l’idée. L’héritier de Darth Mortuus ne peux pas finir ainsi. »

La réponse de Mollosus fut rapide.

« - Qui vous a dit que j’étais son héritier ? »

« - L’autre en armure, le guerrier. Batreyel. Darth Batreyel. » répondit le pilote.

Et Mortuus ?

« - Vous avez dit que Darth Mortuus était mort… » demanda le jeune sith.

« - C’est surtout l’holonet qui le dit. Apparament sa flotte aurait été anéhantie sur Upekzar. Son appareil de tête a été réduit en poussière. On a rien retrouver. Rien à part son second, en piteux état d’ailleurs. Brulé de la tête au pied. Comment il s’appellait encore… Molinon ! Voilà. Il a été emmené d’urgence sur Coruscant pour y être soigné. Un nouveau prisonnier de guerre en temps de paix. Ironique n’est-ce pas ? »

Mortuus mort ? Une chose qui parut impossible aux yeux de Mollosus. Lui qui avait toujours vécu avec son père en vie, présent au travers des âges alors que le temps aurait du l’éloigner du réel et de la vie. Et Molinon… Ce vieux bougre était donc toujours en vie. C’était à croire qu’il disposait des mêmes pouvoirs de préservation que le Sith qu’il servait. Néanmoins, malgré les parôles du pilote, Mollosus ne pouvait croire que Mortuus était devenu un Seigneur Noir. Ou alors de nombreuses choses avaient du changer depuis son sommeil…

« - Qui êtes-vous ? » fit Mollosus.

Le blessé sourit.

« - Oh ! Rapide pour questionner hein gamin ! Darth Hypérion, Sith de la Garde Noire, pour te servir. »

« - Que me voulez-vous ? »

« - Je vais pas te faire un dessin, je me vide de mon sang et j’ai plus de chance de m’en sortir que de voir venir une alliance entre le Consulat et la République. Je t’ai réveillé parce que je trouvais plus sympa de te laisser une chance de t’en sortir de ton coté plutôt que de te laisser pioncer jusqu’à être complètement déshydraté. »

Mollosus hocha de la tête avec lenteur comme s’il comprenait peu à peu qu’il était définitivement réveillé et non de faire un rêve des plus étrange. Il rangea le sabre laser qu’il tenait en main à sa ceinture.

« - Je me demande bien ce que Mortuus te voulait gamin, pour te garder aussi précautieusement dans sa forteresse… » fit le garde noire, un sourire à moitié caché dans le creu de ses lèvres.

« - Il me voulait presqu’autant de joyeuseté que vos confrères qui voulaient s’en prendre à moi. Je n’étais pas sensé me réveiller ici. Si jamais il a survécu à l’échec de sa flotte, il sera bien en rage d’apprendre que je ne suis plus sur Upekzar. »

« - Excuse moi de venir interrompre ta litanie gamin, mais tu trouve pas qu’un mec qui te garde dans une boite ne te veux pas vraiment des choses bonnes ? Profites en pour faire ta propre vie. Ahhh ! »

Le garde noir pressa plus fortement sa blessure et se laissa glisser le long de son siège. La discussion l’avait fortement affaibli et il perdit le contrôle des commandes ce qui provoqua l’arret des moteurs. Il regarda son ventre ensanglanté puis releva les yeux vers Mollosus qui s’était précipité jusqu’à lui pour s’assurer de son état de santé.

« - Je vais crevé ici, dans ce vieux rafiot. Ecoute moi, gamin. Sacrifie pas ta vie pour l’héritage de ce Mortuus. Il a bien d’autre chose à faire. Si tu es vraiment ce que Batreyel nous as dit de toi, alors tu représente l’espoir de bon nombre de sith. Mortuus est une erreur de la nature que toi seul peut rectifier. Ahh, je sens que je pars. Ecoute moi encore. Tu trouvera tout ce qu’il te faut dans ce vaisseau pour aller ou tu veux. Si jamais tu rencontre une patrouille de la République, tend leur ce badge. » Darth Hypérion lui tendit le fameux badge. « Il s’agit de la preuve que tu appartient à l’ordre de la Garde Noire. On te laissera passer sans problème. J’ai encodé ton nom dans notre base de donnée, pendant que t’étais inconscient. Pour le reste, je te souhaite bonne chance gamin. Que la force soit avec toi. »

Le garde ferma les yeux et sombra dans l’inconscience. Tandis que Mollosus s’emparait des commandes pour relancer les moteurs, ils sentit le garde noir s’enfoncé dans les limbes de la force, et la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 365
Date d'inscription : 02/07/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Lun 18 Fév - 22:43

Une quinzaine de minutes tout au plus s’étaient écoulées depuis son évasion lorsqu’Egern parvint à s’extraire du complexe militaire. Avec le sabre de son ennemi vaincu d’un geste calme et assuré, il découpait une ouverture en forme de cercle dans une des épaisses parois d’acier d’un des couloirs. Maintenant que l’apprenti était mort, peu importait désormais de tenter de masquer les traces de sa fuite depuis sa prison sous terraine. C’est bien pour cette raison que le Garde Noir avait épargné ses geôliers Arkaniens. Pour cette raison qu’il préférait percer sa propre issue plutôt que de partir à l’assaut du quartier des gardes. L’arme à la main il n’aurait pourtant eu aucune difficulté à les éliminer mais Egern n’était pas un assassin par nature, s’il donnait la mort sans pitié lorsque cela lui semblait utile, il ne se laissait jamais aller aux excès criminels que tant de gens reprochent à certains Sith. Respirant lentement l’odeur d’ozone qui imprégnait l’air frais, le seigneur noir dans un dernier mouvement du poignet acheva son œuvre. D’un geste naturel grâce à la Force il repoussa l’épais disque d’acier qu’il venait de découper et celui-ci s’écrasa sans bruit glissant sur une épaisse couche de glace.

Ce fut alors que le froid mordant d’Arkania saisit le Sith. Comme si une créature vicieuse tapie dans les profondeurs gelées de ce monde avait bondi pour tenter de lui arracher la chair par pans entiers…. Sur son visage le Garde Noir sentait ce qui restait du sang du Légionnaire finir de se dessécher en gelant. La douleur était intense, mais il ne pouvait reculer. Depuis le temps il avait presque oublié à quel point la vie sur cette planète était rude… Cela semblait si lointain… Il n’avait cessé d’y penser depuis que de ses mains il avait écrasé le crane de Fraek sur le dallage de sa cellule… Depuis combien de temps pouvait-il bien être ici ? Retenu sur Arkania… Dans l’obscurité, dans le froid de sa cellule, sa vie rythmée uniquement par les longues séances de torture et les relèves de la garde, il avait perdu tout compte depuis longtemps. Quatre semaines ? Ou quatre mois peut-être ? La fourchette était large… Mais il n’aurait pu le savoir. Tout était si sombre, si flou, et désormais il devait se lancer, avancer dans le blizzard nocture, il fit un pas, puis un second et bientôt derrière lui le mur disparut.

Dans l’obscurité de cette nuit, le Sith n’était guidé que par son devoir, que par le sens qu’il avait donné à la Force. Servir la République, servir le sang des Rorik. Ses ennemis avaient tenté de le faire plier… Il avait été torturé, il avait été interrogé, longuement, il n’avait pas parlé. Du moins il en était convaincu pour autant qu’il s’en souvienne. Néanmoins comme seigneur noir il ne pouvait qu’avoir conscience de la puissance que le côté obscur pouvait offrir à ses ennemis contre lui… Mais pourquoi l’auraient-ils épargné s’il avait parlé ? Et qu’importait ce qu’il aurait pu dire, même contre sa volonté, cela n’avait que peu d’importance devant l’enjeu considérable de sa mission. Devant ce que celle-ci aurait pu rapporter si elle avait été couronnée de succès… Egern aurait pu changer le destin de la République, lui offrir un avantage capital dans le conflit à venir… Apporter au Sénat la preuve que le Consulat Arkanien planifiait une invasion de la République, que ses forces n’étaient pas encore prête mais qu’il ne s’agissait que d’une question de mois pour que la guerre éclate… Qu’en était-il aujourd’hui ? Tout ce temps perdu, cela était si dur à supporter…

Le Sith n’avait pas parcouru plus d’une cinquantaine de mètres lorsqu’il tomba à genoux dans la neige. Ce n’était pas la souffrance non, pas plus que l’épuisement… Tout juste une autre forme d’abattement. Tagon… Dans sa cellule il avait passé son temps à penser à sa cousine, au fait qu’elle n’était plus sous sa protection. Il le savait lorsqu’il avait choisi d’abandonner sa tache de garde du corps pour se consacrer à cette mission de renseignement, elle aussi le savait, elle la lui avait commandée. Mais pouvait-elle prévoir qu’elle serait privée si longtemps de son protecteur… Etait-elle encore seulement en vie ? Elle avait été mise en danger par sa faute… Cette pensée, ce sentiment d’impuissance, aurait pu arracher des larmes au seigneur noir si le froid implacable dans lequel il baignait ne les avait pas fait geler instantanément. Le visage baissé il se concentrait, se plongeait dans la Force… La scrutant jusque dans ses tréfonds pour trouver une réponse à sa question. Craignant de se voir imposer une terrible vérité… Au fond de sa cellule il n’avait pu le faire, trop faible, trop isolé, trop surveillé pour ne pas craindre de se trahir. Si Tagon n’était plus quel pourrait bien être le sens de son existence… Tout juste pourrait-il sacrifier sa vie pour racheter une part de son déshonneur. Il lui sembla la chercher pendant des heures pour entendre un cri, une voix, mais ce ne fut qu’un murmure qui lui répondit… Un faible appel… Il la sentait si loin, si loin… Mais elle était là ! Bien en vie. Ses forces lui semblèrent lui revenir dans un souffle et malgré la nuit, malgré le froid, il se releva pour avancer droit devant lui, bien décidé à faire ce qu’il devait faire. Il avait un devoir à remplir, il lui fallait partir, rentrer sur Coruscant. Mais avant cela s’imposer de trouver des solutions…

Car si quitter sa prison avait été une chose aisée, peut-être même trop à son gout pour ne pas sembler suspecte, Egern ne pouvait ignorer que fuir Arkania relevait d’un autre niveau de difficulté… Le contrôle des vaisseaux arrivant et quittant la planète était drastique. Rien de ce qui traversait son atmosphère ne pouvait échapper aux puissants scanners des forces du Consulat. Et après cela il fallait tenir compte de la flotte qui en permanence protégeait la planète. Et pire encore il faudrait quitter le secteur Arkanien, ne pas être repéré, ne pas être rattrapé… Le Garde Noir s’en était bien rendu compte au vu des difficultés qu’il avait eu pour s’infiltrer sur ce monde… Et avec son évasion les choses s’annonceraient sans nul doute encore plus difficiles… Lors de sa capture il avait défié quatre des maîtres Jedi Arkaniens… Et leur avait tenu tête… Quand bien même ils ignoreraient encore son identité, les autorités du Consulat ne le laisseraient pas fuir si facilement… Au bout de quelques instants, une conclusion sembla s’imposer… Malgré l’urgence, malgré Tagon, prendre un temps de recul était encore la meilleure méthode qu’Egern pouvait mettre en œuvre pour donner une chance à sa fuite… Avant que l’alerte générale ne soit donnée, plusieurs milliers de vaisseaux se seraient envolé, il faudrait disperser les troupes pour tous les rattraper, jusqu’au plus éloignés, les contrôler. C’est là qu’il faudrait agir… Mais en attendant il fallait se terrer quelque part… Disparaitre avant que ne déferle cette première vague de poursuivants… Si le froids ne le tuait pas avant…

La tempête redoublait et cela faisait maintenant une demi-heure que le Sith avançait dans la nuit, plus de vingt minutes qu’il traversait ce qui semblait être une ville… La douleur causée par le froids était intense et le seigneur noir n’avançait plus qu’au courage, à la hargne. Soudain derrière le rideau permanant de glace qui zébrait l’air, Egern entraperçu un flash de lumière coloré. Il fit encore quelques pas puis distingua une enseigne lumineuse aux néons de couleur rouge-orangée. En s’approchant il distingua un nom écrit en basique, "Le Veverka", le nom de l’établissement… Comme logo on distinguait une jeune créature se trémoussant, alors que d’une lumière clignotante défilait non loin les prix des innombrables consommations proposées. Egern n’hésita pas longtemps, ce lieu était l’endroit idéal et il poussa la porte de l’établissement… Bien entendu ce qu’il se déroulait à l’intérieur du bâtiment n’était pas bien loin d’être conforme de ce que promettait son enseigne… On était là très loin de la grandeur de ce qu’Egern avait pu vivre lors des grandes réceptions de la cour d’Hapes… Ou plutôt était on à mi-chemin entre celles-ci et les réceptions privées qui animaient parfois la débauche de certains cercles de la cour. Dans une immense salle mal éclairée, comme peuvent l’aimer les Arkaniens, des dizaines de tables étaient réparties de part et d’autres tandis qu’une légion de jeunes femmes à moitié nues malgré la température qui régnait à l’extérieur servant les boissons commandées et entrainant par ailleurs certains de leurs clients à leur suite vers les étages supérieurs de l’établissement où l’on pouvait sans grande imagination penser que se trouvait les différents locaux nécessaires à ce vaste lupanar. Autour des tables étaient dispatchées des groupes entiers d’Arkaniens en état d’ébriété avancée, affalés ayant perdu toute conscience de là où ils pouvaient se trouver, tandis que d’autres, n’aspirant qu’à se retrouver dans cet état plutôt de de repartir faire face au froids étaient attroupés autour du bar.

L’entrée d’un Sith dans un tel endroit ne passa bien entendu pas inaperçu. Egern avançait sans s’en soucier mais sentait les conversations s’arrêter sur son passage pour ne reprendre que lorsqu’il se serait éloigné... Assez naturellement le Sith alla s’installer dans un des coins de l’établissement se tapissant dans la pénombre assis à une table seul. Il ne fallut pas plus d’une minute pour que tout redevienne comme si le seigneur noir n’était jamais paru. Le Garde Noir vit seulement une jeune Arkanienne à la poitrine proéminente, au corps pâle comme la neige, s’approcher de sa table et avec une crainte non dissimulée, sans oser le regarder s’emparer d’une boisson, dont la consistance s’approchait de celles de la bave de Hutt ayant croupi pendant deux mois, qu’un précèdent client avait abandonné sur place. Puis elle s’éloigna à pas pressé. Egern esquissa un sourire, désormais il avait tout son temps pour penser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 11/11/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 20 Avr - 9:53

Ce vieux vaisseau était dans un piteux état. Hypérion l’avait maintenu à flot durant un temps trop prolongé et maintenant c’était à Mollosus de se démerder avec ce vieux rafiot pour parvenir jusqu’à la planète la plus proche. Un bref aperçu de l’holocarte et Mollosus comprit qu’il ne pourrait pas y aller par quattre chemin. Sa seule escale, à vue d’œil, sans avoir encore consulter l’état des réserves, était Arkania. Et cela ne parut pas lui plaire. Pour ce qu’il en savait les habitants de cette planète gelé n’était pas du genre à sirotter du jus de tomates. Il n’appréciait pas trop leur habitude à dévorer la « soupe » des étrangers. Néanmoins, il ne semblait pas trop avoir le choix, surtout lorsque la jauge de carburant demandait également à recevoir sa propre soupe. Le sith pianotta sur le clavier et calcula le trajet jusqu’à la planète, avant de s’emparer des commandes. Cela faisait pas mal de temps qu’il n’avait plus piloter, sans compter ses années endormi dans la stase, mais les commandes et le système de pilotage ne semblait pas si différent de ce qu’il avait connu à l’époque.

Il dirigea le vaisseau avec habilité et prit plaisir à se réaproprier ces gestes qui lui avaient été apprit par le passé par Magus, mais principalement Batreyel. Le vieil homme n’était pas féru de pilotage, et le guerrier masqué pouvait se quant à lui se vanter d’avor participé à maintes batailles spatiales. Ces personnes lui manquait. Il aurait tant voulu les avoir à ses cotés pour avoir droit à leur conseil. Magus aurait été sage et calme et lui aurait certainement montré comment rediriger ses pensées, Batreyel lui aurait apprit comment se préparer aux batailles prochaines. Et … Mortuus. Qu’aurait-il fait ? Lui qui étais pourtant l’investigateur de toute cette histoire, comment aurait-il réagi ? Il aurait surement continuer à tirer les ficelles, tout seul dans leur dos, voilé dans l’ombre d’un mur trop élevé. Pourtant, Mollosus était certains que Mortuus lui aurait dit de suivre la voie qui lui semblait la plus juste car ce serait celle que lui-même aurait choisi pour lui.

Arkania était une planète enneigée, tracassée par les tempêtes glaciaires et autres joyeuseté, si bien qu’un habitant de Tatoine n’aurait pu y faire de vieux os. Loin de vouloir y passer sa vie, Mollosus avait bien décidé d’y rester assez de temps pour pouvoir trouver un moyen de revenir vers Coruscant, ou pourquoi pas, Upekzar. Loin de vouloir faire ami ami avec les habitants de la planète mère de Mortuus, il devait toutefois regagner le bercail pour régler quelques affaires. Mais pour cela il fallait se concentrer sur Arkania.

Il posa le vaisseau dans une plaine enneigée, à l’abrit des regards, loin de vouloir éveiller l’attention des habitants, au vu de la cargaison cadavérique de son appareil. Il rangea le sabre laser du Sith à sa ceinture, bien décidé à s’en servir si la situation le demandait. Il s’emmitoufla dans une série de vêtement trouvé à bord et d’un pas prudent et peu motivé, il descendit les marches pour affronter le froid de la tempete. Le glacé mordant lui dévora le visage à la seconde où il entrait en contact avec l’air de la planète. Pourtant il ne recula pas et continua sa route sur un bon kilomètre. Au loin, il apercut une petit bicoque éclairé par un néon. Il pressa le pas pour s’apercevoir qu’il s’agissait d’une sorte de cantina en plein milieu de la tundra. « Le veverka », un nom peu singulier pour un tel établissement. Il frotta ses vetements encore maltraité par la neige et le vent et poussa la porte dans l’espoir de s’y réchauffer. Une chaleur étouffante s’empara de lui et le cloua au sol avec puissance. Son pas précédement rapide et motivé par le froid devint flasque et lent avec l’effet de la chaleur. Les clients déjà servi le dévisageait et il n’en comprit la raison qu’une fois qu’il apercut son propre reflet dans une glace. Il ressemblait à un adepte de la force avec ses longs tissus qui recouvraient son corps et le manche de son arme qui ressortait subtilement de sa hanche. Il contempla la foule et haussa les épaules devant les regards. Il repéra un coin d’ombre, déjà occupé par un humain, mais qui n’empechait pas qu’on s’installe aux tables voisines. Il se dirigea vers elle, et s’assis péniblement, toujours embetté par le froid précédent qui lui avait glaçé les articulations. Il contempla la foule depuis son coin assombrit.

A plusieurs reprises, il observa l’humain présent pas trop loin de lui et remarqua que lui aussi attirait les regards. Mais qu’avait-il de si particulier ?

« - Sale temps n’est-ce pas ? » fit Mollosus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 365
Date d'inscription : 02/07/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Mar 23 Avr - 14:11

Instants après instants, Egern reprenait ses forces. Assis, ou plutôt affalé sur l’une des vieilles banquettes en cuir de banthos du Veverka, le dos plaqué contre le dossier, le capuchon de sa bure rabattu sur son visage, le regard plongé dans le vide, le Sith était en train de penser aux moyens qu’il pourrait bien mettre en œuvre pour quitter cette planète… Il était là isolé dans l’un des coins de l’établissement, à l’écart de tous les autres clients, se tenant masqué au regard de ceux qui étaient à sa recherche par un voile dans la Force. Il ne savait trop depuis combien de temps il était là, une demi-heure ? Peut-être une heure ? Lorsqu’il fut brutalement extirpé de ses pensées par une sorte de courant glacé qui parcouru l’ensemble de la salle. La porte de l’établissement venait de s’ouvrir, laissant entrer un nuage de flocons réfléchissant curieusement les pâles lumières qui éclairaient le bar. Mais ce n’était pas type de froid qui avait saisi Egern. Seulement une impression, un sentiment dans la Force. L’endroit devint tout à coup silencieux, certains des habitués de l’endroit, ceux qui se trouvaient être les plus proches de la porte, avec méfiance, tournèrent lentement les talons pour se plonger dans l’anonymat de la foule des autres clients. Une impression de déjà-vu envahissait Egern… Et si le doute avait encore été permis, il se dissipa lorsque le nouvel entrant fit son entrée…

Entièrement vêtu de noir, son sabre apparaissant par intermittence entre deux battements de sa bure. L’individu avançait d’un pas lent faisant tout son possible pour donner l’impression qu’il s’agisse d’un pas assuré… Après un rapide regard il se dirigea dans la direction du seigneur Sith. Instinctivement, dans la plus grande discrétion, Egern, porta sa main sur le pommeau de son sabre laser. En le touchant il fut brutalement ramené à une autre réalité, cette arme n’était pas la sienne. Ce fin tube de durelium était beaucoup plus léger que sa propre arme. L’arme était mal équilibrée, sa garde peu travaillée trahissait l’empressement de celui qui l’avait conçu, son manque de subtilité, d’art au combat, ce manque il avait essayé de le compenser par la puissance, l’intensité de sa lame, une débauche d’énergie qui ne laissait que peu de place à la précision car à la rencontre du moindre obstacle qu’elle ne pourrait percer, la lame aurait tendance à riper. Des désagréments qui n’étaient rien par rapport à ce qu’Egern reprochait au-dessus de tout à cet instrument que la mort de Fraek avait placé entre ses mains. Car l’aura que dégageait cette arme donnait la désagréable impression de puer la suffisance du misérable apprenti Sith qui en avait été son maître à mille lieux aux alentours. Mais peu lui importait, Egern le savait avec ce mauvais sabre ou n’importe quel autre il était en mesure d’affronter n’importe quel adepte de la Force de la galaxie et de représenter un défi de taille. Cela faisait des mois qu’il n’avait pas eu l’occasion de tirer son sabre et pourtant il était prêt à passer un nouvel adversaire au fil de sa lame, quelque chose en lui lui disait qu’il en était capable. Il la sentait présente tout autour de lui, la puissance du côté obscur était ne l’avait pas abandonné.

Mais au fur et à mesure que cet étrange guerrier s’approchait, la poigne du Seigneur noir se desserra. L’individu qui s’avançait vers lui n’avait rien d’un chien de chasse à la recherche de sa proie. Son aura était étrange, il s’agissait d’un sith sans nul doute possible, mais son esprit semblait être une soupe complexe qu’il parvenait instinctivement à voiler, difficile de dire à qui allait son allégeance. Une chose était certaine malgré tous les efforts qu’il déployait pour faire croire le contraire, cet homme était perdu, désorienté et à bout de force. De toute évidence il ne s’agissait pas d’un de ces jeunes apprentis arrogants de la Légion tels que Fraek. Jamais un guerrier dans le genre de celui-là ne se serait jeté à l’attaque contre un prédateur dans le genre de Darth Egern, quand bien même le jeune homme aurait identifié en lui un ennemi. Le seigneur noir finit par lâcher complétement son arme, le jeune homme n’était plus qu’à une quinzaine de mètres de lui mais il était alors évident qu’il n’avait rien d’un adversaire.

Mollossus passa à quelques mètres seulement d’Egern, puis sans dire un mot s’assit lentement à l’une des tables voisines à la sienne. Près du bar, alors que certains avaient repris leur comportement habituel, d’autres avec un soupçon de crainte n’osaient toujours pas parler, lançant des regards vers les deux seigneurs noirs se demandant s’ils n’allaient pas bondir hors de l’ombre pour les assassiner à la première occasion. Cela avait quelque chose de désagréable, comme une impression d’avoir sur soit un spot braqué alors que l’on souhaitait rester plongé dans les ténèbres. Néanmoins ces misérables créatures sans le moindre pouvoir ne représentaient pas une menace pour Egern… Ce qui l’inquiétait le plus était ces regards que le jeune guerrier, qui s’était installé non loin de lui, lui lançait par intermittences. Le seigneur noir faisait mine de ne pas lui porter la moindre attention, ne le regardant à aucun moment mais il sentait porter sur lui les yeux de Mollossus. Isolé de la Force comme il l’était, Egern ne parvenait toujours pas à percer son aura… Soudain l’homme prit la parole d’un ton calme et assuré comme s’il s’eut adressé à une vieille connaissance.

"Sale temps n’est-ce pas ?"

Egern tourna lentement son visage vers Mollossus… Le visage était tellement enfoncé dans le capuchon de sa bure que le seigneur noir ne parvenait à distinguer que le bas du visage de son interlocuteur. Le seigneur noir souffla.

"Oui, la Force nous met à l’épreuve ce soir, Arkania respire la mort…"

Ces mots semblèrent troubler le jeune guerrier, comme si on avait révélé un de ses secrets inavouables… Un silence s’en suivit, permettant au seigneur noir de jauger son interlocuteur. Puis Egern ajouta.

"Peut-être pourrions-nous prendre un verre ensemble ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 11/11/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Jeu 25 Avr - 9:58

Arkania respire la mort. Le mystérieux personnage avait-il compris à qui il parlait où n’était-ce juste qu’une coïncidence ? Peu importait, après tout, ils étaient tous deux dans un milieu publique et Mollosus doutait qu’ils allaient se lancer dans une joute épique pour leur honneur ou pour un quelconque règlement de compte concernant son maitre.
Néanmoins, Mollosus avait compris une chose, la force n’avait pas été avare en avertissement, son interlocuteur puait la maitrise du côté obscur et ce d’une manière si distincte qu’il ne pouvait s’agir que d’un Seigneur Sith. Prudence donc. Sa maitrise de la lame et de la force n’avait d’égal que celle du langage. Nul ne pouvait comprendre les véritables intentions d’un seigneur sith sans s’y mordre les doigts. Pourtant, le Sith n’avait pas l’air d’une brute sanguinaire, un Seigneur de Guerre comme l’aurait si bien dit Darth Magus et Darth Mortuus non sans moquerie, mais plutôt quelqu’un de plus subtil. Rien à voir avec la brutalité de ce que Mollosus avait pu connaitre des novices de la légion. Néanmoins, l’ombre et la colère pesaient dans le cœur de ce Sith.

A la proposition de prendre un verre, il répondit en se levant. Sa chaise grinça sur le sol en bois et quelques têtes se tournèrent vers eux, le regard à la fois songeur et apeuré, et quelques peu agressif. Les visages se tournèrent à nouveau vers leurs occupations quand Mollosus s’installa face au Seigneur Sith. Il rajusta sa ceinture et posa les mains sur la table, pour montrer qu’il se soumettait de lui-même aux règles de bonnes conduites. Il n’y aurait pas de coup dans le dos. Il leva la main pour appeler une serveuse. Elle arriva en titubant et Mollosus ne sembla pas la rassurer malgré son sourire délicat. Avait-il oublié que sa capuche lui voilait la moitié du visage ? Il se le remémora lorsqu’il se passa la main pour se gratter le front. D’un geste, il se dévêtit de sa capuche et de se débarrassa de sa bure. Il faisait froid, mais il s’habituerait bientôt à la température de la pièce. Il se retrouva ainsi en pantalon et petite chemise, vêtements assez clair.

Les verres à table, Mollosus trempa ses lèvres et découvrit un nectar brut mais sucré qui ne le dérangea pas. Cela se buvait assez simplement et ne nécessitait pas qu’on y accorde beaucoup d’attention.

« - Ce caillou glacé semble nous avoir attiré dans la pire des cantina. Leur vin est aussi agréable que leur accueil. La force nous met autant à l’épreuve que tous ces badauds qui cuvent leur alcool. Avez-vous-vu leur regard ? Ils ne nous aiment guère mais pourquoi ? Parce que nous sommes différents ? Ou parce que le fait que nous sommes différents nous rend dangereux ? Ou parce que nous sommes dangereux cela nous rends différents ? La différence guide nos pas. »

Il but une nouvelle gorgée.

« - Je suis content d’avoir pu trouver quelqu’un comme vous, mon Seigneur. Le dernier membre que j’ai croisé avait la cage thoracique percée. Le vaisseau qu’il m’a légué n’avait guère bonne allure. A peine libéré, me voici à nouveau piégé dans une nouvelle aventure. La vie est une prison. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 365
Date d'inscription : 02/07/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 27 Avr - 0:52

Egern avait tout juste fini sa phrase lorsque le jeune guerrier encapuchonné se dressa repoussant brutalement la chaise sur laquelle il s’était assis précédemment pour venir s’installer à la table du seigneur sith, ce mouvement vif sembla effrayer un certain nombre des misérables vermisseaux qui avaient gardé leurs regards braqués sur les deux hommes. Le garde noir n’y prêta pas de véritable attention, il resta tout simplement impassible aux mouvements de son interlocuteur, ses intentions n’avaient rien de belliqueuses et contrairement aux misérables qui croyant leur dernière heure venue s’étaient mis à trembler auprès du bar, Egern n’appréhendait aucunement de se retrouver assis face à Mollossus. Puis comme ceux d’enfants apeurés que l’on aurait rassurés les regards des hommes d’Arkania finirent par se baisser pour ne plus fixer les eux guerriers. Comme si cela pouvait permettre d’effacer leurs craintes... Pendant un instant Egern et Mollossus n’échangèrent pas un mot. Le jeune homme avait posé tranquillement ses deux mains sur la table dans un geste d’apaisement. Un signe de plus qui prouvait que ce garçon ne cherchait pas l’affrontement, mais son visage restait dissimulé sous son capuchon noir. Puis le jeune homme leva la main pour passer une commande. Nul doute que ce geste avait été vu depuis le comptoir vu que le moindre de leur geste était scruté avec la plus grandes des attentions... Mais il fallut un instant avant qu’une serveuse ne daigne s’approcher de leur table... Elle respirait la peur, ses mains et son visage étaient encore plus pâle que le reste de son corps. La jeune femme portait une sorte de bustier dont le décolleté venait se perdre entre ses seins, cette tenue mettait parfaitement en valeur ses formes avantageuses dans un jeu de séduction qui n’avait rien d’étonnant pour le Veverka. Mais la jeune arkanienne à la peau de nacre tremblait de tous ses membres. Sans doute le patron l’avait-elle désigné d’office pour venir prendre la commande, aucune des filles n’aurait voulu s’approcher de deux seigneurs sith... Mais il aurait été mal venu de faire attendre ces deux êtres du côté obscur plus que de raison... Ses jambes manquaient de défaillir à mesure qu’elle s’approchait si bien qu’elle semblait tituber entre les chaises que des clients peu consciencieux avaient laissées au milieu de son chemin. Lorsqu’elle arriva pour prendre les commandes, Egern ne remarqua que ses mains, aussi blanches que la neige d’Arkania, elles tremblotaient nerveusement... Mollossus ne laissa pas le temps à la jeune femme de prononcer un mot, il se tourna vers elle, ses lèvres semblaient lui sourire comme pour la rassurer et il prononça distinctement le nom de sa commande.

"Une aurore d’Olim."

Egern attendit un instant puis souffla d’un ton sombre

"Un Dragon Arkanien."

La jeune femme sembla hésiter, en un instant les mains de Mollossus se levèrent et rabattirent son capuchon vers l’arrière. Un instant Egern releva le menton pour pouvoir percevoir dans son intégralité le visage du jeune homme qui lui faisait face... Puis le seigneur noir baissa son regard pour dissimuler à nouveau ses yeux dans l’obscurité du capuchon de sa bure. Peut-être était-ce une question d’habitude... Celle qu’il avait pris à la cours d’Hapes pour ne jamais être identifié pour celui qu’il était... Peut-être était-ce juste une question d’instinct, le guerrier était poursuivi, il ne pouvait révéler trop ostensiblement son visage. Quoi qu’il en soit ce n’était probablement pas ce que Mollossus attendait de lui. Le jeune sith s’était contenté d’adresser un nouveau sourire à la serveuse qui rassuré s’en alla au bar chercher les commandes. Le temps que la jeune fille revienne, le guerrier entreprit de se défaire de sa bure. Sous celle-ci le jeune homme portait des vêtements clairs... Décidément ce sith était bien étrange... Le visage qu’Egern avait aperçu quelques instants plus tôt ne semblait aucunement traduire une haine brutale comme cela était le cas pour un trop grand nombre de guerrier qu’Egern était amené à côtoyer... Au contraire le jeune homme semblait intelligent, réfléchi, armé d’une volonté à toute épreuve. C’était un sith sans nul doute possible mais il avait quelque chose de différent... Une impression étrange qu’un trop grand nombre d’instructeurs du coté obscur prenaient pour une faiblesse, mais qui aux yeux d’Egern rendait Mollossus particulièrement... Intéressant.

La serveuse revint avec sur un plateau les deux commandes, celle de Mollossus avait des couleurs qui s’étiraient d’un bleu glacial, à un blanc légèrement beige, sur celui d’Egern était rouge comme les flammes de l’enfer lézardé de traits ocres dont les teintes allaient du jaune au rouge en passant par le orange le plus profond. La jeune serveuse posa les verres puis s’en alla sans prendre la peine de demander son reste, le sourire de Mollossus ne l’avait semble-t-il suffisamment rassuré pour qu’elle préfère s’approcher de lui plutôt que d’Egern mais visiblement pas assez rassuré pour qu’elle ne reste à côté de lui plus longtemps que cela était nécessaire. Pendant tout le temps où la jeune femme était restée là elle n’avait pu détourner le regard du sabre de Mollossus... Maintenant Egern le sentait présent dans son esprit. Une arme qu’il connaissait bien... Une arme de Garde Noir. Le maître instructeur n’aurait pas su associer à nom à celle-ci, tant de combattant étaient passé ne serait-ce que pour un jour sous son instruction. Mais une chose était certaine, cette arme n’était pas celle de Mollossus. Que fallait-il en conclure ? Par quel moyen le jeune homme avait-il pu entrer en sa possession ? Egern préférait éviter les conclusions hâtives, le statu quo qui s’était établi avec le jeune homme li convenait parfaitement pour l’instant. Sans s’adresser la moindre parole les deux seigneurs noirs attaquèrent leurs consommations. Si celles-ci avaient pu être plaisantes au regard elles ne présentaient au goût pas le moindre intérêt notable. Mollossus le premier rompit le silence.

"Ce caillou glacé semble nous avoir attiré dans la pire des cantina. Leur vin est aussi agréable que leur accueil. La force nous met autant à l’épreuve que tous ces badauds qui cuvent leur alcool. Avez-vous-vu leur regard ? Ils ne nous aiment guère mais pourquoi ? Parce que nous sommes différents ? Ou parce que le fait que nous sommes différents nous rend dangereux ? Ou parce que nous sommes dangereux cela nous rends différents ? La différence guide nos pas."

Egern ne répondit rien, il se contenta de relever la tête, fixant le jeune homme droit dans les yeux. Les mots de Mollossus avaient du sens, il attendit un instant, le jeune homme bu une gorgée de sa boisson puis enchaina.

"Je suis content d’avoir pu trouver quelqu’un comme vous, mon Seigneur. Le dernier membre que j’ai croisé avait la cage thoracique percée. Le vaisseau qu’il m’a légué n’avait guère bonne allure. A peine libéré, me voici à nouveau piégé dans une nouvelle aventure. La vie est une prison."

Cette fois ci Egern lui répondit.

"Oui sans nul doute il s’agit d’une prison... Mais le grand avantage d’une prison c’est qu’il est toujours moyen de s’en échapper... Ils ne nous craignent pas seulement parce que nous sommes différents mais principalement parce eux ne le sont pas, parce que leur existence est banale, sans rebondissement. Lorsque nous sommes là ils sont perdu, ils ne comprennent pas pourquoi leur existence a si peu de sens alors que la nôtre en a tant. Leur existence ne leur appartient pas, ils le sentent au fond d’eux, ils sont interchangeables, remplaçables. Ils ne sont que des pions dans un jeu. Nous ne le sommes pas, nous avons le pouvoir de sortir du jeu, d’en prendre le contrôle. Ils n’ont pas peur de nous pour ce que nous pouvons faire, mais ils ont peur d’eux même parce qu’ils font face au vide de leur être, ils ont peur de ce qu’ils sont impuissants à réaliser. Nous les sith ne connaissons pas cette peur. C’est cela qui nourrit notre pouvoir. C’est ce pouvoir qui nous rend dangereux. C’est grâce à lui que nous brisons nos peurs... C’est là le cœur de nos enseignements."

Le Garde Noir avala une gorgée de ce qu’il restait d’alcool au fond de son verre et le reposa sur la table.

"Ces vermines nous craignent comme la mort alors que leur existence ne prendra probablement fin que dans plusieurs décennies, dans un lit près de leurs femmes et de leurs enfants. Ils n’ont que peu de chance de se retrouver un matin sur le sol d’un vaisseau la cage thoracique percée d’un coup de sabre... Ils ne sont que des débris, ils dérivent dans l’espace sans but et sans destinée. Nous autres somme des météores, sorti de leurs rangs pour une raison qu’ils ne peuvent comprendre nous sommes appelés à bruler pour éclairer notre temps."

Egern marqua une courte pause ses yeux étaient toujours fixés sur le visage de Mollossus.

"Cette vie est une prison qui nous consume... A nous de prendre les armes qu’elle nous donne, de saisir celles qu'elle nous oppose pour la briser, pour marquer son histoire."

Lentement Egern porta sa main à son coté, saisit le sabre qui s'y trouvait et le posa sur la table.

"Cette arme n'était pas la mienne jusqu'à ce que je l’arrache à son précédent maître jusqu'à ce que je l'écrase sur le sol d'une prison qu'il pensait être la mienne. Il n'appartient qu'à toi d'arracher ta liberté avec l'arme que le destin t'a offert."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 365
Date d'inscription : 02/07/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Lun 22 Juil - 22:04


Pendant quelques instants le jeune homme auquel Egern faisait face continua à regarder le seigneur noir, comme s’il s’était attendu à ce que le sith continue son monologue. Puis lentement ses yeux se portèrent sur le sabre laser par lequel Darth Egern avait conquis sa liberté, comme pour mieux orienter sa réflexion. De longues secondes s’écoulèrent durant lesquelles les deux hommes encapuchonnés ne dirent rien, ne bougèrent pas, comme si le temps s’était arrêté. Mollosus réfléchissait, ses mains posées sur la table, raides, trahissaient une certaine tension. Le jeune homme était conscient qu’Egern venait d’abattre une bonne partie de son jeu et de lui offrir sa confiance et qu’il s’attendait à ce qu’il en fasse de même. Mais un tel travail s’avérait difficile. Mollosus savait que cet autre Sith pourrait être un allié précieux, au moins pour un temps. La Force les avait bien conduits à se rencontrer... Mais il y avait dans le passé de Mollosus des choses qui ne pouvaient pas être révélées à n’importe qui. Mortuus avait été l’ennemi de bien trop de gens. Il allait falloir du temps avant qu’il ne puisse en parler... Mais c’était trop tôt, les circonstances ne s’y prêtaient pas. Le jeune homme cherchait ses mots... Puis, vint le moment où il jugea avoir trouvé les mots adéquats, il redressa le visage, un sourire marqué son visage et ses yeux brillaient intensément malgré les maigre éclats des lueurs qui donnaient son ambiance au Veverka. La bouche de Mollosus eu à peine le temps de s’entrouvrir lorsqu’un bruit sourd et intense l’interrompit.

Les deux sith, tout comme l’ensemble des clients et du personnel du Veverka tournèrent instantanément leur regard vers la lourde porte de duracier qui marquait l’entrée du bâtiment. En à peine le temps d’un souffle, le silence s’était fait dans l’établissement. Un silence de mort, interloqués, tous se posaient la même question. Un second coup fut donné, la porte, déjà déformée comme si elle avait reçu des coups de béliers, sonna pendant un instant d’un ton peu harmonieux comme une cloche fendue. Qui donc pouvait bien s’acharner ainsi sur une porte que n’importe quel être vivant de cette galaxie aurait pu ouvrir, il y avait quelque chose d’inquiétant dans cette question. Pire la Force elle-même semblait ne rien pouvoir dire sur ce sinistre adversaire aux deux sith, il s’agissait de quelque chose d’étrange, d’ancien, une chose à laquelle ils n’avaient encore jamais fait face. D’instinct les deux guerriers avaient porté leurs mains sur leurs armes, prêt à se battre. Le troisième coup, aussi sauvage que les précédents fut le bon. La porte s’abattit lourdement au sol avec fracas. Instantanément un nuage de poussière mêlé à la neige du blizzard, qui s’engouffrait dans le Veverka, s’éleva, masquant l’intrus à la vue des Sith. Les seigneurs noirs ne voyaient rien mais ils percevaient l’inquiétude des clients de l’établissement. Déjà un mouvement de foule les entrainait vers les étages dans un vacarme que seul le vent, qui s’engouffrait en sifflant en s’engouffrant à travers l’orifice nouvellement ouvert, parvenait à couvrir. Quelques secondes passèrent puis un cri de terreur retenti, d’autres le suivirent, le mouvement se pressa, les arkaniens n’hésitaient plus à se piétiner pour fuir, gagner au plus vite les étages voyant en eux le seul refuge, aussi précaire qu’il puisse être... Le visage d’Egern se tendit un peu plus... De quoi pouvait-il bien s’agir pour que cela nourrisse une telle terreur... Il vit quelque chose bouger à travers le halo blanc, faire un pas, puis un autre... Un pas lent et cadencé au travers cette brume que rien ne semblait jamais vouloir dissiper. Lorsqu’il le reconnu, Darth Egern ne put s’empêcher d’avoir un mouvement de recul, cela semblait impossible. Fraek, ou plutôt que qu’il restait de lui venait de faire son entrée dans le Veverka.

La nécromancie Sith est un pouvoir rare, secret, que seul de grands seigneurs noirs sont appelés à exploiter. Elle tire son pouvoir au plus profond du côté obscur. Néanmoins elle réclame généralement des corps encore dans un bon état de conservation et ne parvient à restituer qu’un ersatz de vie, utilisant les cadavres comme de simples réceptacles pour un déferlement de haine et de violence contre tout être vivant. Mais la Justice de Tecator est tout autre, tellement sombre qu’elle se noyait dans la Force, tellement sombre qu’elle redonnait au mort sa conscience, tellement cruelle qu’elle appelait à une vengeance implacable. Ce pouvoir noir remonterait aux premiers siècles de l’Empire Sith. Foss Tecator était alors membre du conseil dirigeant, l’heure était à la conquête, à repousser les frontières de l’Empire encore jeune, autant qu’à écraser les concurrents au trône impérial. Le seigneur noir ne laissa aucun holocron de connu bien qu’il ait été un adepte particulièrement talentueux de la Force mais la légende des sith raconte qu’après plus de deux décennies de conflits et avoir acquis une gloire que rien ne saurait ternir, Tecator envoya son fils unique, et apprenti le plus prometteur, préparer son retour sur son monde capitale. C’était là, la dernière étape avant qu’il ne prétende au titre de seigneur noir de tous les Sith. Sa dernière campagne l’avait conduit à capturer son plus grand rival, en le prenant vivant, le soumettant à son pouvoir, en l’humiliant, en ne lui offrant pas la mort honorable d’un guerrier en combat singulier, nul n’oserait désormais contester son pouvoir... Mais lorsque Tecator vint le rejoindre, il ne trouva sa forteresse mise à sac, son fils torturé, assassiné, mutilé et cela sans que le moindre indice ne viennent signer ce misérable coup de poignard dans le dos. Fou de rage et de chagrin, Tecator se plongea plus profondément que jamais dans le coté obscur, il lui fallait faire revivre son fils, assurer la préservation de sa lignée, retrouver son assassin et venger l’affront, la haine le conduit à explorer des voies que nul avant lui n’avait jamais exploré. Les semaines puis les mois passèrent, le corps de son fils bien que momifié souffrait déjà des injures du temps. Uns à uns les adeptes de la Force qui avaient suivi Tecator finirent par quitter ce seigneur noir qui n’avait plus le gout à les conduire jusqu’au sommet du pouvoir... Déjà son empire s’effritait et ses "plus fidèles" ne se cachaient plus pour comploter contre leur maître. Mais il n’en avait cure, seul but demeurait le même. Mais lorsque vint le jour où les conspirateurs tentèrent de s’emparer de ce qu’il restait de son pouvoir, Tecator leur prouva que s’il était brisé il n’était pas vaincu, au cœur même du tombeau de son fils il les vainquit, les décapitant uns à uns, leur sang s’écoulant au sol vint abreuver le cadavre, même au combat le seigneur noir n’avait en tête que son but, et c’est alors que sa quête vit son aboutissement.

Le corps embaumé, bien qu’il n’ait plus rien de viable, se releva, nourri d’une soif pareille à celle de son père pour retrouver son assassin, pour venger sa mort. Sa puissance et sa conscience lui était revenue, désormais il le savait, il n’avait que son seul et unique but à mettre en œuvre, il ne craignait plus la mort. Le cadavre se mit en marche, avançant sans relâche, telle une bête de chasse. Ce corps revenu d’entre les morts était peut être aveugle à la force mais irrépressiblement celle-ci le conduisait à son meurtrier, aucune cachette aucun voile dans la Force ne pouvait dissimuler sa cible, et le masquait dans les plus épaisses ténèbres. Il poursuivit sa proie, la traqua et lorsqu’il la trouva il surgit, invisible dans la Force et mit en pièce le traitre qui avait volé sa vie. Justice avait été faite... La suite avait été bien loin de ce que Foss Tecator avait pu escompter. Car le mort vivant s’il ne souffrait ni de la fatigue ni du temps qui passe, sa conscience subissait sans repos la douleur de son corps brisé, il sentait en lui les plus minuscule créatures ronger se chairs desséchées... La souffrance était telle que le fils abattit son père avant que celui-ci n’ait pu à aucun moment songer à reconquérir le pouvoir qu’il avait abandonné... Mais la mort ne voulait plus de lui... Pendant des décennies, le corps sans vie erra dans le palais en ruine de Tecator, sans but, cadavre aveugle à la Force, jusqu’à ce que le temps, les insectes et le vent aient raison de ses chairs et que son ame ne finisse par être prisonnière d’os ne pouvant même plus se mouvoir et qui eux même finirent par tomber en poussière. Le destin de Tecator finit par rejoindre la légende des sith qui elle-même tomba peu à peu dans l’oubli, n’existant plus que dans les vestiges de l’Empire Sith, à mi-chemin entre mythe et la réalité.

De quelle façon ce sombre savoir avait-il pu ressortir plus de cinq millénaires après la mort de son créateur ? Pourquoi ici, entre les mains de la Légion Sith, au cœur du Consulat Arkanien... Egern ne le saurait jamais. Mais, sans aucun doute sans en dire mot au sommet de la hiérarchie du Consulat, certains au cœur de la Légion avaient jugé que l’Hapien était une menace suffisamment sérieuse pour qu’on ne lui laisse aucune chance de fuir, aucune cachette... L’usage était habile, même si pour cela il leur avait fallu sacrifier un de leurs apprentis, adepte de la Force pour rappeler Fraek, sans nul doute jugé par ses maîtres comme trop peu talentueux, ce sacrifice valait sans doute aussi bien à leurs yeux que de les sacrifier dans un duel déséquilibré avec un combattant plus doué. Désormais Egern avait un chien de chasse après lui et il n’y avait aucun doute que derrière cette abomination suivait son maître, un chasseur de talent. Il n’y avait désormais plus moyen de fuir ou de se cacher... La seule issue était de faire face, face à un ennemi qui ne pourrait mourir.

Le cadavre au crane défoncé, aux yeux exorbités, a la cervelle apparente avançait droit vers eux. Sa chair était déjà grise, se sang qui avait coulé sur tout son corps avait depuis longtemps séché puis gelé dans le froid impitoyable d’Arkania. Mais la magie Sith l’avait empêché de rester figer. L’arme à la main Mollosus se leva lentement et le jeune homme alluma son sabre. L’abomination Sith n’était plus qu’à une dizaine de mètres d’eux lorsqu’Egern fit un geste sec de la main. Il y eu un craquement, un des sièges du Veverka vola en éclat, projetant mille escarbilles à des mètres aux alentours, et tandis que les pieds et le dossier tombaient au sol, l’assise traversa la pièce à toute vitesse avant de s’écraser contre le comptoir. Sur son passage elle avait fauché les jambes encore gelées de Fraek. Le cadavre s’écrasa au sol la face vers l’avant, dans l’état dans laquelle celle-ci était, c’était comme laisser tomber au sol un fruit trop mur.

Il y eu un moment de creux, le froid de la porte enfoncée commençait à envahir toute la pièce. Le peu de temps qui s’était écoulé avait suffi à ce que le Veverka se transforme en désert. Dehors le vent sifflait toujours, les deux sith respiraient lentement, devant leur visage se formaient des nuages de vapeur. Leur regard était fixé sur le corps qui gisait au sol. Ils n’avaient aucunement besoin de se regarder pour voir dans l’esprit de l’autre qu’ils songeaient à la même chose, cette première étape s’était révélée plutôt facile, Fraek faisait preuve de la même subtilité mort que vif, loin de ce qu’avait pu être le fils du seigneur Tecator... Mais ce n’était là qu’une première étape, la véritable épreuve ne tarderait pas à venir. Devant eux, le corps bien que n’ayant plus rien de viable s’échinait à ramper dans leur direction. Mollosus jeta un regard vers Egern, celui-ci hocha la tête et me jeune homme finit par s’avancer vers ce vestige d’être vivant et en deux moulinets de sabre il cisailla les bras de Fraek avant d’abattre sa lame pour décapiter le corps. Puis lui tournant le dos, il rejoint l’autre seigneur noir. Les deux Sith attendaient l’arme à la main que leur véritable ennemi passe la porte. Ils le savaient, cela ne tarderait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 11/11/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Jeu 25 Juil - 13:51

 Monstre mais tellement beau. Mollosus s’étonna à apprécier cette manifestation du coté obscur et ne put s’empecher de remarquer que Mortuus avait insuflé bien plus que de la force en lui, il avait également partagé sa passion pour le glauque et tout ce qui touchait à la mort. Mollosus avait vu bien des choses lors de sa formation et les créatures de mort était quelque chose que Mortuus affectionnait particulièrement, mais celle-ci présentait un niveau de maitrise que le Seigneur Sith n’atteindrait surement jamais. Peu importe qui arriverait par cette porte, il s’agirait de quelqu’un d’important et de puissant. Mais alors que le froid s’engoufrait dans le trou béant de la porte défoncée, le doute s’imisca en Mollosus. Il y avait une puissance qui se rapprochait et cela le forca à renforcer sa prise sur son sabre laser. Il jeta un œil vers son compagnon d’arme nouvellement rencontré et lui fit un hochement de la tête. Merci. Mollosus ne se plaignait vraiment pas de la présence d’un Seigneur Sith à ses cotés. Il se sentait certes plus puissants qu’un simple trouffion sith, les forces que Mortuus avait insoufflé en lui étaient non négligeables mais il ne se sentait pas encore capable de puiser dedans.
Il aurait pu fort bien s’enfuir et laisser son compagnon d’arme à son destin. Après tout, il semblait que le monstre brulant au sol en avait après lui et non après Mollosus. Mais peu importe. Il avait besoin  d’aide pour quitter Arkania et le Seigneur Sith ne pourrait s’en sortir seul. Leurs adversaires se rapprochaient, il le sentait. Il en profita pour se tourner une dernière fois vers le Seigneur Sith. Aggripant toujours fermement son arme de la main gauche, il porta la main droit à son cœur en guise de salut.
«  - Je me nomme Darth Mollosus, membre du Traité d’Upekzar, pour vous servir mon Seigneur. »
Puis il se tourna vers la porte. Il s’attendait à voir surgir une ombre mais c’est un son grincant lointain qui perturba le calme qui règnait dans la pièce, hormis une lampe qui tanguait de droite à gauche sur un rythme arrassant. Ce son lointain ressembla d’abord à un craquement tonitruant comme si on déracinait un arbre. Et puis soudainement il n’y eut plus aucun bruit, rien. Mais une tension grandissait et Mollosus raffermit sa poigne sur son arme, sachant que d’une seconde à l’autre le chaos ferait son apparition.
Ce fut le plafond qui céda sous le poid de la carlingue d’un imposant speeder. Il y eut une faible explosion et le bar fut éventré de part et d’autre. Le vent glacé s’engoufra par la brèche et la neige s’abbatit sur eux accompagnée de son froid mordant et glacé. La nuit semblait bien profonde. Mollosus plissa des yeux et distingua une série de silhouette. Il y eut un craquement sonore et un trait bleu fonca droit sur lui, déchirant l’air et répendant une odeur de sulfure. L’éclair de force percuta son sabre laser qu’il tenait comme un bouclier entre lui et la mort. Il tint bon, et invoqua la force comme s’il avait toujours su comment faire. Il repoussa l’énergie sombre et laissa échapper un son mêlant effort, colère et douleur. L’éclair de force s’évanouit et une fumée discrète s’éleva de sa main. Sans leur laisser le temps de riposter, de nombreuses lame rouge s’élevèrent dans la nuit. De part et d’autres, tout autour de ce qui restait du bar, se trouvaient une vingtaine de silhouette encapuchonée. Des sith, à en juger la couleur poupre et sanguine de leurs sabre laser.
Sans un regard pour son compagnon sith, Mollosus raviva sa rage et plongea littéralement sur le premier sith venu. Ce dernier lacha un juron et saisi en plein vol Mollosus. Ils roulèrent tout deux au sol en sur une courte durée avant que Mollosus ne repousse du pied et de force son adversaire qui se réceptionna au sol avec talent. La lame rouge apparu à nouveau dans sa main. Avec vigueur, son adversaire lui porta un coup a niveau de la tête qu’il para aussitôt. Mollosus le repoussa une fois de plus et l’attaqua avec la vitesse et la rage du débutant. Il n’était pas n’importe qu’elle apprenti Sith, il était l’héritier de Darth Magus et de Darth Mortuus. Deux sith qui, même s’ils n’étaient pas les meilleurs bretteur de l’ordre, étaient néanmoins les détenteurs de pouvoir et de technique que nul autre ne possédait au sein de l’ordre. A chacun de ses coups, il sentait l’enseignement du maitre d’arme Darth Batrayel lui revenir. Bientôt il repoussa son adversaire. Ce dernier n’avait pas l’air fort expérimenté non plus. Soit son maitre avait compté les surprendre par le nombre sans juger sur la qualité, ou alors il y avait de tout parmis ceux-ci. Dans tout les cas Mollosus et Egern étaient en grand danger. Tandis qu’il combattait, il sentait de nouveaux adversaire se rapprocher de lui. Il remarqua qu’Egern combattait également mais avec plus de maitrise. Par égo, surement l’un des autres défaut que Mortuus lui avait transmis, Mollosus se forca à plonger dans la force et dans ses souvenirs pour y trouver des techniques plus spectaculaire.
Il frappa encore et encore, mais il sentait que le combat lui échappait. Il suffit à son adversaire ne serait que quelques coups pour s’en rendre compte également. Son ennemi pivota et lui envoya un coup de pied. Prit par surprise, Mollosus perdit équilibre et prise sur son arme qui retomba au sol. L’adversaire saisit cette opportunité et leva son arme, frappa de haut en bas pour faire de Mollosus deux parties bien distinctes. Mollosus puisa dans la force et dans les enseignements de Darth Magus. Il leva les mains en signe de coupole et intercepta la lame de son adversaire, invoquant la force. Fermant les yeux pour se concentrer, il les rouvrit quelques instants plus tard pour découvrir son adversaires à la fois surpris et effrayé, qui essayait de sortir son arme de la poigne de Mollosus. De la fumée s’échappait de sa poigne et il sentait la chaleur de la lame qui résistait contre une barrière invisible.
Mollosus ne perdit pas plus de temps. Il tira d’un coup ferme sur l’arme de son adversaire qui en perdit le contrôle. Et avec célérité, Mollosus enfonca  l’arme de son adversaire en plein cœur. Ce dernier roula sur le sol, terrassé. Mollosus se releva aussitôt et se figea en voyant arrivée trois nouveaux sith vers lui. Il récupéra avec délicatesse sa propre arme et tenant toujours l’arme de sa précédente victime, il leva ses armes en guise de défi.
«  - En honneur de Darth Mortuus ! » hurla-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 11/11/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Dim 9 Fév - 18:21

Avoir crié le nom d’un Seigneur noir des Sith comme Mortuus sembla à la fois surprendre les trois nouveaux sith mais parut également raviver leur haine. Ils firent tournoyer leur sabre comme pour le mettre au défi puis s’avancèrent vers lui. Pas de bretteur respectueux envers les règles de bienscéance car ils l’entourèrent pour ne lui laisser aucun moyen de bouger ou de fuir. Mais tel n’étaient pas les intentions du jeune Darth Mollosus. Perdu à la fois dans sa colère et dans le vent glaçé qui venait battre contre sa peau, il se concentra, invoqua dans la force pour retrouver un peu de confiance et de courage. Son précédent combat l’avait laissé épuisé et il ne pouvait qu’espérer une aide dans la force pour venir à bout de ses nouveaux opposants. A son tour, il s’échauffa le poignet en faisant quelques moulinets de sabre puis, une fois assez sur de lui, il se prépara pour l’assaut.
Les Sith semblèrent sentir son consentement car un premier frappa, et Mollosus eut à peine le temps de parer le coup pour dévier l’attaque de l’autre sith qui venait de derrière. Brutalité, c’était tout ce qui ressortait de ces assauts. A la fois contrôlé et douteux, les parades de Mollosus étaient néanmoins rapides mais restaient précipitées. Il était exténué et cela se ressentait dans sa façon de bouger, de se mouver. Ses mouvements étaient lourd, comme si faire bouger ses muscles requéraient un effort énorme. Ils étaient douloureux et la souffrance se ressentait dans ses tendons comme un éclair strident. Il serrait les dents et ne pouvait empêcher de petits grognements lorsque le coup bloqué était trop de justesse ou pas assez controlé. Il se fichait de l’image qu’on se faisait de lui et même s’il se sentait plus sur la défensive qu’en attaque, il avait l’impression de dominer ses adversaires. Non pas par sa maitrise de la force, mais plutôt par sa conviction et par la motivation avec laquelle il agissait. La force ne l’avait pas laissé en plan. Il était plongé dedans, la tête la première et il en prenait de grandes inspirations saccadée, comme on renifle une drogue sans pouvoir s’arreter ni se controler. Il en avait besoin sinon il lacherait prise et le combat serait clôt, tout comme sa tête serait tranchée net, aussi net que par la lame d’un rasoir. Le sang serait brulé, sa blessures cicatrisée et son flux spirituel, son âme, s’écoulerait par tout les pores de sa peau tandis qu’il irait rejoindre la force comme de nombreux sith avant lui.
Mais non, il ne se laisserait pas faire. Il s’enragea, puissa à nouveau dans la force et en appuyant à la fois sur ses jambes et sur ses bras, il repoussa l’asssaut qui venait devant lui. La lame de son adversaire déviée, il envoya valser le manche de son arme dans le visage de son assaillant, un Zabrak, qui hurla de douleur et de surprise. Le sang bleu qui s’en écoula vint s’égoutter sur le sol. L’alien porta sa main libre à son nez et regarda son sang entre ses doigts avec stupéfaction. Mollosus profitera de la surprise pour lancer un assaut sur les deux autres sith, bien trop préocuppé à attaquer qu’à se défendre. Ce changement de position, ils ne s’y attendaient pas. Mollosus le perçut dans leur manière de contrer et de bouger. Il fallait être rapide et précis plutôt que brutal et aléatoire. La précision, cela ne semblait pas être leur atout. Et nul autre personne que Mollosus à ce jour pouvait l’être plus que lui. Il avait reçut les enseignements des meilleurs Maitre bretteur de l’ordre, dont certains bladeborn né. Il attaqua sous leur garde, de manière sournoise, là où le bas blèsse. Il forca leur maigre défense et les repoussa. Mollosus en profita pour jeter un œil à son compagnon d’arme sith qui s’en sortait bien mieux que lui. Si Mollosus parvenait à se sortir de cette situation alors il se mettrait sous ses ordres, avide d’en apprendre plus sur ses connaissances de la force.
Le Zabrak, dont le nez était couvert d’une tâche de sang bleu pleine de croute, reprit vigueur et attaqua dans son dos. Mollosus sentit sa lame passer près de sa nuque quand sa chaleur vint calciner quelques poils dans son cou. Ce ne fut pas la peur qu’il sentit en lui, mais plutôt la poussé d’adrénaline pour avoir échappé de justesse à une telle attaque. SI le Zabrak avait raté un tel assaut, alors qu’il était sans défense, alors le jeune sith pourrait les battre tout les trois. Il s’agissait de combattant acharné et puissant, mais leur subtilité n’avait d’égal que leur incompétence. Mollosus était l’héritage d’un nombre important de Seigneur Sith. Mortuus en était le premier et de loin l’un des plus mortels. S’il ne lui avait pas transmis de véritable technique de combat, il lui avait néanmoins confié une maitrise inestimable des abysses du coté obscur.
Mollosus baissa sa garde l’espace d’un instant pour invoquer la force. Un fin et bref filet d’énergie, prolongement de son bras, s’élanca de part ses doigts vers le twilek qui lui faisait face. Pas assez pour être mortel, mais bien assez pour le destabiliser. L’effet fut réussi. Il baissa sa garde et laissa au jeune sith assez de temps pour reprendre son assaut. Un trou béant apparut sur bas du ventre du twilek après le passage de l’arme de Mollosus. Cri, agonie, évanouissement, affaissement. Une succession d’acte et de réaction qui vint étonner l’assemblée, Mollosus le premier. Un adversaire au sol et cela suffit de destabiliser les deux autres. Ils n’étaient plus aussi confiant en eux. Ils n’étaient plus aussi sûr d’avoir affaire à un simple apprenti sith. Mollosus salua les deux sith restant.
«  - Une offrande au Seigneur Mortuus. » déclara le jeune sith, en guise de défi.
Néanmoins, ses parôles furent percue comme une menace car les deux autres relevèrent leur garde. Les positions avaient changée. Ils étaient sur la défensive et il était l’attaquant.

La botte des éclairs de force ne fonctionnerait pas deux fois de suite, mais il en avait bien plus dans son sac. Il tournoya sur lui-même et vint fracasser son arme avec célérité sur le zabrak. Ce dernier para de justesse mais Mollosus profita de son élan pour glisser sur l’air et attaquer au niveau des jambes, là où il était plus difficile de se baisser. Le rodien à sa gauche vint apporter son aide au Zabrak en attaquant Mollosus d’un faible mouvement au niveau de la tête… que Mollosus para aussitôt. Magnifique retour dans le combat, se dit le jeune sith qui ne s’attendait pas à un changement nouveaux des positions.Mais il ne prévoyait pas de leur laisser gagner d’avantages de terrains. Il devait garder sa position, continuer de jurer comme un bodet et puiser dans ses ressources pour préserver sa domination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 365
Date d'inscription : 02/07/2012
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 22 Fév - 0:36


Leur attente ne dura que quelques secondes mais celles-ci semblèrent une éternité à Egern, comme l’étaient toujours les quelques instants planant avant un combat... La mort allait frapper dans peu de temps et déjà le sith la sentait s’approcher de son pas lourd, l’ombre de son corps décharné aurait pu elle-même passé la porte que le seigneur noir n’en aurait pas été surpris, mais sa venue posait toujours la même question, cette question qui portait elle-même ces parcelles d’éternité... Qui emporterait-elle à son départ ? Le seigneur noir resserra sa prise sur le sabre avec lequel il devrait défendre sa vie. L’éventualité de la mort ne pesait pas vraiment sur son esprit, il ne la craignait pas, elle était une potentialité et si l’heure était venu pour lui de rejoindre la Force Egern se jetterai les bras ouverts dans la pureté du chaos infini des limbes du côté obscur de la Force. En revanche l’imminence du combat faisait monter en lui un pic d’adrénaline, depuis bien trop longtemps il n’avait pas mené un affrontement digne de ce nom, l’heure était venue. Egern prit une respiration puis expira par la bouche, un léger nuage de vapeur s’échappa en quelques secondes, comme pour déchirer l’éternité de ces instants.

Le sith regarda alors le jeune homme auquel semblait lié son destin pour ces instants. Lui aussi semblait avoir resserré  sa prise sur son arme. Etait-il anxieux ? Egern n’aurait pu le dire mais dans son regard se lisait la volonté de faire ses preuves. De vaincre non pas pour échapper à la mort mais pour gagner l’éternité. Sans qu’il ne puisse dire réellement pourquoi, le seigneur noir était impressionné, peut être sentait il déjà le potentiel incroyable qui résidait dans ce guerrier qui ne demandait qu’à s’exprimer... Fixant son regard sur le maître, Mollosus porta sa main sur son cœur dans un geste qui lui donnait une grandeur chevaleresque et d’un ton ferme et décidé déclina son identité. Le nom du Traité d’Upekzar siffla aux oreilles de Darth Egern comme le murmure de quelque chose d’ancien et de sombre, même si le seigneur noir ignorait tout qui était porté par cette organisation de l’ombre, la Force elle-même semblait vouloir lui murmurer les mots qui lui permettraient de comprendre. Mais Egern n’eut pas le temps d’en savoir plus.

Un bruit de grincement semblable à celui d’une vieille charnière commença à se faire entendre dans le bar déserté, on aurait pu croire que non loin une porte d’acier de plusieurs tonnes tournait sur des gonds rouillés, à chaque instant le son se rapprochait. Puis d’un seul coup le bruit sinistre s’interrompit. Pendant un bref instant il n’y eut rien que le silence, puis l’enfer se déchaîna. En une fraction de seconde une partie du plafond du Veverka fut vaporisé, dans l’épais nuage de poussière et de neige il sembla à Egern qu’un des murs de l’établissement s’était également effondré. Le chaos était tel que pendant un cours instant le seigneur noir ne parvint même plus à percevoir la lueur du bout de son sabre laser... Il fallut quelques secondes pour que, la neige aidant, l’atmosphère s’éclaircisse.... C’est alors qu’Egern aperçu face à lui à quelque mètres à peine le lourd vaisseau qui avait écrasé une partie du Veverka. Puis son regard parcouru les vestiges du bar, une vingtaine de silhouettes noires encapuchonnées armées de sabre couleur de sang les encerclaient lui et Mollosus.

Et soudain l’attaque fut lancée. L’atmosphère s’éclaira d’une lueur bleue et froide alors que Mollosus parait les éclairs de force qui s’abattaient sur lui, sept des êtres vêtus de noir se jetèrent sur Egern. D’un geste reflexe le seigneur noir s’agenouilla, tendit sa main gauche, usant de la force pour empêcher trois des adversaires qui bondissaient sur lui de venir le frapper en même temps que leurs frères sith. Puis dans un même élan, Egern roula au sol, la seconde d’après une lame cisailla l’air là où à l’instant d’avant se trouvait l’hapien, le guerrier se redressa d’un geste assuré son sabre détourna celui d’un de ses adversaires, il baissa la tête alors que dans un vrombissement l’air un laser rouge traversa l’atmosphère. Dans un équilibre assuré malgré les circonstances la jambe droite du sith se leva et vint percuter le torse d’un de ses adversaires qui s’affala au sol. Tout cela s’était passé en un instant, mais le seigneur noir était parvenu à tourner la situation à son avantage, les sept guerriers de la Légion Sith qui l’encerclaient et avaient ambitionné de le déborder en l’attaquant de toute part étaient maintenant en face de lui. Egern redressa son  sabre au-dessus de son crâne dans une position de garde, prêt à affronter la nouvelle attaque du groupe.

La situation était critique étant donné le nombre d’assaillant, Darth Egern avait beau être le meilleur bretteur de la Garde Noire Sénatoriale, leur surnombre jouait incontestablement en leur avantage quand bien même ceux-ci n’aient pas son talent dans le maniement des armes. Et plus de la moitié des guerriers du côté obscur restaient encore en retrait... Néanmoins ils ne pourraient pas tous attaquer simultanément... De plus dans leur regard se lisait leur appréhension... Ces combattants n’étaient pas rompus à ce type de combat... Leurs chances de de blesser réciproquement étaient fortes, peut-être même supérieures à celles d’Egern de pouvoir lui-même porter un coup fatal.

Ses adversaires se jetèrent à nouveau sur lui, le premier ennemi à surgir sur Egern tenta de lui porter un coup latéral, le sabre du maître bretteur fit une rotation pour venir frapper par-dessous l’arme de son adversaire qui totalement déstabilisé leva sa garde laissant son flanc grand ouvert à un coup de genoux. En un instant Egern entama une rotation et écrasa le foie de son adversaire qui roula au sol. Le mouvement s’acheva lorsque le sabre d’Egern rencontra celui d’un second adversaire dressé le long de son corps en position défensive. D’un bond Egern évita une tentative de fauchage au sabre laser au niveau des chevilles. Il n’eut pas le temps de riposter que déjà une nouvelle attaque était portée, il esquiva et riposta dès que l’occasion s’offrait.

Son premier adversaire avait fini par se relever et repartir au combat, mais visiblement sa douleur le rendait imprudent... Dans sa chute son capuchon était tombé, le guerrier était un jeune humain à la peau blanchâtre et aux cheveux blonds pâle. Son visage était émacié et ses yeux injectés de sang semblaient exorbités. Il ne devait pas avoir plus d’une vingtaine d’années, de façon évidente s’il avait pour lui une certaine puissance et une certaine technique, l’expérience lui manquait cruellement. C’est sur lui que le seigneur noir porterait sa prochaine attaque...

Une nouvelle passe s’engagea, les coups fusaient, toujours aussi inefficaces même si Egern devait batailler pour parer chacun d’eux. Mais petit à petit l’hapien se rapprochait de son objectif, enfin ce fut sa cible qui porta son attaque, un coup d’estoc sur le flanc gauche qui passa à quelques centimètres du ventre du seigneur noir, sans attendre d’un mouvement vif du poignet droit Egern frappa. Son sabre alla découper la mâchoire de son adversaire du menton jusqu’au nez sur plusieurs centimètres. L’instant d’après la main droite d’Egern devait parer un nouveau coup. Mais le jeune homme blessé par reflexe porta ses deux mains à son visage, lâchant son sabre. Le seigneur noir s’en saisit au vol de sa main gauche et dans un mouvement sec faucha les jambes du jeune légionnaire Sith. Son corps n’avait pas encore fini de chuter que le premier sabre d’Egern vint lui fendre le crane pour l’achever. Il y eu un mouvement de recul alors que le seigneur Darth Egern se remettait en position pour parer de nouvelles attaques. Malgré des semaines sans pratique et que l’arme qu’il manie ne soit pas la sienne, le Garde Noir retrouvait toutes ses sensations...

Ce fut alors qu’au beau milieu du champ de bataille la voix de Mollosus se fit entendre

"En honneur de Darth Mortuus!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un nouveau départ   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouveau départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» A l'aube d'un nouveau départ [AJ Lee]
» Besoin d'un nouveau départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Ultimate :: RPG :: Colonies :: Arkania-

ENCYCLOPEDIES SW

HEBERGEUR D'IMAGES

AIDES DIVERSES

© 2012 - 2013 Star Wars Ultimate, Tous Droits Réservés.
Design par Caine Lornan, reproduction partielle ou totale interdite.