Forum RPG se déroulant 341 années standard après le 4ème grand schisme (1659 BBY)
Forum réservé au plus de 12 ans, pouvant contenir des scènes à caractère érotique ainsi qu'un contenu pouvant choquer les âmes sensibles.<br>Forum optimisé pour Firefox ou Google Chrome, non conçu pour Internet Explorer.
 

Partagez | 
 

 Renseignements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Renseignements   Mer 17 Juil - 18:01

Accoudée au bar d’une cantina populaire au cœur même d'Iziz, la capitale d'Onderon, la jeune firrerreo s’était débarrassée de sa tenue de Jedi et l’avait remplacée par un haut ample et léger qui laissant apparaître ses épaules et prononçait davantage son décolleté sans pour autant le rendre provocateur. Le pantalon de toile ample lui aussi soulignait ses formes en les laissant deviner à travers la fine étoffe mais lui permettait de dissimuler son sabre laser et un comlink. Le strict nécessaire. Le reste de son équipement était resté dans la chambre d’hôtel qu’elle occupait depuis quelques jours à une centaine de mètres de là.

Elle aurait pu passer sans trop de mal pour une autochtone si elle n’avait pas gardée le masque miraluka qui retombait devant ses yeux, les dissimulant totalement. Elle avait pensé l’enlever mais les miraluka étaient connus pour leur aptitude naturelle à se servir de la Force pour « voir ». Elle n’aimait pas se couper de la Force qu’elle voyait comme une arme autant qu’un cocon. C’était ce qui la définissait. Elle avait donc opté pour continuer à passer pour une miraluka. Ainsi même des personnes avisées auraient du mal à savoir si il s’agissait là d’une miraluka qui utilisait la Force de manière innée ou d’autre chose… Bien sur il y avait toujours des moyens de savoir mais l’ambiance tamisée qui régnait dans le bar dissimulait les teintes dorées de sa peau.

Il faut dire que le choix de ce bar ne s’était pas fait au hasard et ce n’était pas le tourisme qui l’avait fait atterrir ici.
Le Conseil de l’Alliance Jedi l’avait envoyée pour rencontrer un informateur et surtout l’évaluer. Elle n’avait que peu d’information sur lui. En fait elle ne savait quasiment rien. Ni sa race ni son âge ni son appartenance politique réelle et encore moins comment est ce que cette personne en était arrivée à attirer l’œil du Conseil sur elle. En tout état de cause, on l’avait choisi pour évaluer la fiabilité de l’informateur et de ce qu’il avait à proposer à l’Alliance Jedi. Ce n’était qu’une rencontre de courtoisie, un préliminaire, mais elle soupçonnait que ça deviendrait rapidement du pur marchandage. Ce n’était pas ce qu’elle préférait mais les informations avaient de tout temps été un des nerfs des guerres, ce qui faisait pencher la balance vers un camp ou un autre. La recrudescence de recrutement dans les services de renseignements était la preuve flagrante que l’on se préparait.

Elle se retrouvait donc sur Yag’Dhul après un périple relativement calme et ennuyeux qui l’avait forcée à passer par d’innombrables petites navettes afin d’arriver à destination sans attirer l’attention. Ou du moins le moins possible. Au fil des planètes qu’elle « visitait » elle adoptait la mode locale et troquait la tenue nouvellement acquise en faveur d’une plus en adéquation avec le lieu où elle se trouvait. En arrivant sur Onderon elle avait fait de même.

Erzelia était censée envoyer un signal crypté contenant le lieu du rendez-vous à l’informateur quelques heures avant. Elle n’avait activé le signal qu’une heure avant. Une petite dérogation aux ordres et aux convenances mais il était inutile de laisser davantage de temps à un inconnu de se préparer si il s’avérait être un danger. Une heure lui permettrait de se rendre sur place et d’évaluer rapidement les risques mais pas de préparer un traquenard. Enfin, ça ne la dispensait pas de rester sur ses gardes et c’était justement pour cela qu’elle avait conservé le voile miraluka sur ses yeux.

Le droïde lui apporta un autre verre rempli d’une substance jaunâtre sur laquelle flottait quelques épices. Considérant le verre un instant, elle trempa ses lèvres dedans avec précaution. Le liquide âpre mais frai la rafraichit tendit que les épices relevaient avec douceur l’alcool.
Au bar, elle avait une vue imprenable sur l’entrée principale comme sur les allers et venues des serveurs. Patiemment, elle attendait son visiteur qui ne devrait vraisemblablement pas tarder.

Bref, Erzelia avait déclenchée l'alerte une heure avant l'heure de rendez-vous, et s'était immédiatement postée sur le lieu. Précautionneuse, elle  voulait être présente et voir qui allait entrer afin de s'en aller si jamais la situation semblait être à son désavantage. Après tout, elle n'était pas dans le secteur où la juridiction du consulat était reconnue... Pas de quoi y aller sans précautions.
Elle attendait donc que son hypothétique bienfaiteur se pointe. Quant à savoir comment ils se reconnaitraient, elle se fiait à la Force et à son sens de l'observation. Une personne qui en cherchait une autre se trahirait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 30/06/2012
MessageSujet: Re: Renseignements   Jeu 18 Juil - 14:43

Ondéron. Planète qui n’était pas sans rappeller à Mortuus l’une des missions que son Maitre Darth Magus avait réalisé bien des années plutôt, alors qu’il n’était encore qu’un messager du clair. Néanmoins, en ce jour, ce qui l’amenait n’avait aucun rapport avec son passé Sith. Ou du moins pas totalement. En ce jour, après s’être échappé d’un assaut formidablement et mortellement mené sur terre et dans l’espace de la planète Upekzar. Cette dernière était le bastion d’un empire en puissance qu’avait monté le Seigneur Noir des Sith Darth Mortuus, depuis son départ dans les régions inconnus à son retour et à l’affaire de la Roue. Echappé de justesse, il avait longtemps erré et s’était même rendu jusqu’à Dromund Kaas où il avait assassiné l’un des membres d’un ordre secret et perdu, celui du Traité d’Upekzar. Et le traité, ce fameux traité à la base d’un empire inconnu terré dans la galaxie, Darth Mortuus le portait sur son dos depuis qu’il en était le dernier membre officiel. Il ne préférait pas compter tout les rebus et déchet de la galaxie qui avaient eut un lien avec le traité. Jedi noir, sith déchu, Jedi perdu, le traité avait éclué pas mal de monde. Et il ne préfèrait pas prendre en compte Darth Mollosus, fils illégitime de son héritage et à la base de sa propre survie, qui devait se trouver quelques part dans la galaxie. Chaque jour, Mortuus perdait sa trace.

Que venait-il faire sur Ondéron ? Bien des choses, mais le plus important pour lui était d’entrer en contact avec l’Alliance Jedi. Pour plusieurs choses diverses. Les récents évènements qui s’étaient déroulé sur Dac avaient apporter un élément nouveau dans la balance : la guerre avait commencé. Et avec un tel évènement il fallait savoir choisir son camp, ou du moins trouver une manière de vendre ses connaissances du sujet. Peut être arriverait-il à récolter des données sur Mollosus, mais surtout… il se devait d’attirer à nouveau l’attention du Prophète. Si l’alliance s’emparait de lui, alors sa capture provoquerait de nombreuses inquiètudes auprès du Prophète qui se verrait forcer de réagir. Pour le sein de l’ordre, et celui du traité. Le dernier membre devait rester en vie.


Après avoir piraté pas mal de base de données et soudoyer plusieurs personnes - manipulées - il avait su entrer en contact incognito avec le conseil de l’alliance Jedi. S’étant présenté sous une identité inconnue, sans fournir de nom ou autre, il avait su convenir d’un lieu de rendez vous et d’une heure. Il était déjà en route pour le point de rendez-vous. QU’allait-il faire ? Uniquement se présenter, dire ce qu’il propose et voir si son interlocuteur sera intéressé par les informations d’un des seigneur noir les plus mortelles sur les dix dernières années.


Le bar était bien rempli. Shéma classique d’un bar ondéronien, riche et classe, de quoi apâter le premier bourgeois passant par là. Mortuus portait les vetements d’un simple homme, une combinaison de combat, nettoyée depuis Upekzar, le protégeait du vent et seul la longue chaine en or surpassait son torse. Son sabre laser était clairement attaché à sa ceinture. Il repensa avec amèrtume à son sabre sith qui devait toujours se trouver sur Upekzar. Il devrait trouver un moyen de le récupérer, en espérant que la République ne s’en soit pas emparé. Il avait perdu tant de chose durant cette bataille. Molinon… Il ne le sentait plus dans la force, mais peut être était-il trop loin, hors de portée. Il ne l’avait pas senti partir non plus.


Une femme ? Il tourna la tête et avait repéré un personnage qui, au milieu de toute cette foule évidente et basique, semblait sortir du lot. Il senti une présente mais douce présence dans la force. Il apprécia la présence d’une Jedi en ces lieux, et ses dents montraient une fois de plus qu’il n’avait rien perdu de ses capacités carnassières, ou était-ce le virus qui le dévorait depuis quelques mois qui commencait  faire son apparition ? Il leva le pas et se dirigea vers la table de la jeune femme qui l’attirait de part son aura et son charme.


Il gagna d’abord le bar et commanda un verre d’un alcool aussi sombre que de l’eau sableuse. Puis, il s’avanca et salua la jeune femme.


«  - Maitre Jedi, je pense que je suis celui que vous recherchez. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Re: Renseignements   Jeu 18 Juil - 18:49

Une fois de plus elle jeta un coup d’œil discret à l'horloge. Une demie heure seulement s'était écoulée. Il pouvait arriver à tout moment. Il ou elle d'ailleurs. Elle avait tellement peu d'informations qu'elle avait soupçonné un canular... Ou pouvait presque remettre en question le jugement de l'Alliance pour ce coup là. Envoyer un chevalier sans informations... Etait quotidien en fait quant elle y repensait bien.

Réprimant un soupire, elle avala une gorgée de plus en se forçant à calmer son esprit et à se focaliser sur ce qui était et non sur les infinies possibilités de ce qui pourrait être. Et notamment concernant l'identité de ce mystérieux informateur. Elle espérait sans trop y croire qu'il s'agirait d'une personne de confiance mais au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient un léger malaise s'emparait d'elle. Diffus mais présent, tel une ombre. Comme d'habitude elle rationalisa. Ca l'aidait toujours à passer outre ce sentiment un peu comme les transes curative aidait à annihiler la douleur et à soigner. Cela ne l'empêchait pas de prendre en compte ce sentiment comme elle devait prendre en compte l'information brute qu'était la douleur.

Le malaise était là pourtant elle irradiait la Force de son calme qu'elle brandissait telle une armure. Une part de son esprit finit par repenser à son maître. Les recherches n'aboutissaient pas. Loin de là même, elles ne donnaient rien. Pourtant elle était bien placée pour savoir que personne ne pouvait totalement disparaitre. Du moins pas aussi subitement, pas sans préparation. Or c'était bien ce qui était arrivé à son maître : Volatilisé dans la galaxie. Si il avait été tué, elle l'aurait su. La majorité des ennemis de l'Alliance auraient jubilés et se seraient assurément ventés de cette exécution. Prisonnier ? Ce n'était pas crédible. Alors quoi ? Que restait-il comme possibilités ? Elle ne le sentait plus depuis déjà plusieurs mois et l'Alliance Jedi l'avait officiellement déclaré mort et ordonnée de cesser les recherches. Elle avait acquiescé sagement mais poursuivait sur son "temps libre".

Une perturbation dans la Force lui indiqua qu'un changement allait se produire. Quelqu'un venait. Se concentrant immédiatement, elle focalisa son attention sur les lieux en feignant de n'en rien faire. Le malaise ressentit s'intensifia un peu tendis que la souillure du côté obscur s'insinuait dans le bar en même temps qu'un individu y entrait. La Force ne l'y trompait pas.

* A un tel moment ?! *

Son esprit lui rappela qu'il n'y avait pas de hasard ou de coïncidences. Ce devait donc être lui l'informateur, ou auquel cas, celui qui aurait intercepté l'informateur. Il faudrait le déterminer, de même que ses intentions. Elle étendit ses perceptions. Au moins n'y en avait il qu'un dans les environs directs. Elle prit rapidement en compte les facteurs environnementaux directs.
D'innombrables civils. Elle n'était pas la bienvenue ici aussi ne devait elle pas trop attirer l'attention. Un combat ferait trop de victimes. Quant à lui... Elle ne savait rien pour le moment donc mieux valait supposer qu'il agirait en toute impunité dans le pire des cas sans prendre en considération la moindre vie. Elle se remémora mentalement les différents parcours de secours au cas où les choses tourneraient mal pour elle sans pour autant le "lâcher".

Elle l'observa via la Force se commander un verre puis venir vers elle. Il aurait paru peu crédible qu'il ne le fasse pas de toute façon. Quant aux premiers mots prononcés... Ils auraient facilement pu la laisser sans voix. Elle n'avait que peu rencontrés d'agents du côté obscur mais le peu n'étaient pas du genre courtois. Sans vraiment prendre d'avantage de précautions, elle ne put s'empêcher de répliquer avec ironie.


" Rechercher est un bien grand mot."

Se reprenant, elle poursuivit l'air de rien.

" J'attendais effectivement quelqu'un. Mais, si vous êtes bien cette personne, je m'interroge sur les raisons qui vous pousseraient à vouloir sympathiser avec nous. "

Elle avait jusque là parler sans même se tourner vers lui, ce à quoi elle remédia en déposant son verre pour le jauger avec plus d'insistance via la Force. Il ne s'agissait pas d'entrer dans une épreuve de force mais de le tester un peu. Il pouvait toujours minimiser ou bloquer le scan qu'elle faisait de lui en ce moment même. Mais contrairement à la majorité des Jedi de son ordre, elle ne commençait que rarement par "scanner" l'esprit de sa cible, mais également son organisme. Si il la laissait faire, elle pourrait repérer les failles, les anciennes blessures, les points fragilisés ou sensibles, les maladies et son rythme cardiaque, la tension ou l'activité du cerveau pourrait facilement l'avertir de ce qui se préparait. De précieuses informations.

Et si il l'en empêchait, ce à quoi elle s'attendait, ça lui donnerait malgré tout des informations concernant la maîtrise de celui qu'elle avait en face. dans tous les cas elle en apprendrait plus. Si il la laissait faire, les conclusions seraient différents : Trop faible ou très conciliant. Trop pour un adepte du côté obscur sans doute.


Songeant à la manière dont il l'avait appelé, elle s'avisa qu'elle n'avait pas rectifié. Elle n'était pas maître mais ferait en sorte qu'il le croit. Et lui qu'était-il ? Autant le lui demander. Sa réaction lui donnerait tout autant d'infos.

" Vous savez visiblement qui je suis. En revanche, j'admets ignorer à qui je m'adresse exactement."

D'un geste gracieux de la main, elle l'invita à répondre.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 30/06/2012
MessageSujet: Re: Renseignements   Ven 19 Juil - 8:58

 Elle avait donc accepté le titre de Maitre qu’il venait de lui donner. Esprit faible. Flatter les membres de l’ordre Jedi ne marchait que rarement, surtout lorsque cela venait de quelqu’un qui provenait directement d’un utilisateur du coté obscur. Qu’elle ait apprécié ou non cette plaisanterie, Mortuus s’en fichait. Il était plus amusé par la tentative de la Jedi pour le sonder. Il la sentait partout sur son corps, sur son esprit. Que cherchait-elle ? Mais après tout, qu’avait-il à cacher. Lui, le grand Darth Moruus qui avait trompé la mort bien de nombreuses fois, ne craignait guère qu’on fouille en lui comme on dévaliserait les écrits d’une vieille bibliothèque enfuie.

Oh allez-y jeune Jedi. Dévorez tout ce que vous pourrez apprendre de moi. Découvrez le corps torturé de ma triste personne, maltraité par le temps mais renforcée par cet afflux  d’énergie obscure. 95 ans. Il était bien plus agé que ce que son corps le montrait. Durant de nombreuses années et grace aux enseignements de Darth Magus, il était parvenu à éloigner le temps de lui. Il avait fait de la mort son image et pouvait se vanter de détenir les techniques les plus perfectionnées pour contrer l’usure et les afres du temps sur la peau et le corps. Mais creusez bien plus profondément Jedi, voyez ce qui fera de Darth Mortuus un être bien plus dangereux mort que vivant.  Un virus ancestrale. Lui qui avait été à la base de cette épidémie sur la roue, qui avait consumé toute la population de la station, forcant les vivants à mourir et aux morts de se réveiller et de dévorer leur convive encore fraichement en vie. Lui qui avait dévellopé ce virus en suivant les instructions de Darth Druir, lui avait porté cette mission avec plein d’entrain directement et personnellement sur la station (http://swultimate.forums-actifs.com/t201-hecatombe-sur-la-roue). Lui-même qui fut contaminé par son propre virus, se croyant immunisé contre cette maladie grace à un antidote qui ne fonctionna pas comme il l’aurait espérer. En lui dormait un monstre qui à sa mort, répendrait la mort tout autour de lui. Il était les derniers reste du Virus de la Roue, et peu le savaient.

Il puisa dans la force et déploya son aura du coté obscur, plongeant les esprits alentours dans une fadeur d’esprit et des idées sombres, tristes. Il se montra à la Jedi tel qu’il était, puissant et sans crainte du reste, non pas par folie ou par trop de confiance en soi, mais parce qu’il ne craignait pas de mourir et était las de ces petits jeux de cache cache. Il voulait se montrer franc et sans surprise, car il n’y en aurait pas. Il décrocha le sabre laser de sa ceinture et le posa délicatement sur la table avant de s’installer.

«  - Darth Mortuus, Seigneur Noir des Sith des Vestiges de la Sith, pour vous servir. En ce qui concerne mes raisons à devenir votre informateur, elles me regardent. Après tout, vous cherchez un informateur, vous ne me faites pas passer un test de recrutement. »

Il jeta un regard à son sabre laser.

«  - Oh et n’ayez craintre, je ne compte pas me lancer dans un assaut contre vous, jeune fille. Vous pouvez même vous saisir de mon sabre pour me terrasser ou pour me forcer à vous suivre pour me mettre en prison,  je n’en ai rien à faire. Faites ce que bon vous semble, mais il me semble que vous avez beaucoup à apprendre de moi sans passer par la force. »

Il ricanna.

«  - Sans vouloir faire de jeux d’esprit. »

Un petit clin d’œil et un sourire qui laissa apercevoir des dents blanches qui contrastaient avec sa peau grisatres et maladives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Re: Renseignements   Ven 19 Juil - 17:35

A mesure que les informations lui parvenaient par le biais de la Force elle doutait de plus en plus des options qu’il lui restait. Le corps de la personne qui lui faisait face avait subi tant et tant de choses qu’elle se demandait même comment une même personne pouvait en cumuler autant. Néanmoins, elle n’était pas certaine d’avoir envie de le découvrir.


De plus il état âgé. Si en regardant l’humain, car elle savait maintenant qu’il en était un, elle l’avait d’abord pensé un peu plus vieux qu’elle, elle ne pensait pas qu’il y avait une telle différence. Sans connaître l’âge exact, elle était sûre qu’il avait plus de 80 ans. Peut-être même plus de 90.  Il paraissait pourtant dans la fleur de l’âge et c’était évident que sa maîtrise de la Force y était pour beaucoup dans son étrange longévité.

Elle avait entendu parler de Jedi qui voyait leur longévité décuplée grâce à la Force. Mais d’après ce qu’elle se remémorait des enseignements d’antan, les utilisateurs du côté obscur étaient défigurés, ou véritablement meurtris physiquement à force d'utilisation même si leur longévité était accrue. Ca n’était vraisemblablement pas le cas de tous. Un point de plus qui  tendait à dévoiler le haut degré de maîtrise du Sith.

Le malaise s’était encore accentué alors que par la Force détectait des cellules peu communes. Une de ces entités qui utilisaient des hôtes pour se multiplier. En d’autres termes, un virus. Mais un virus d’une nature qu’elle n’avait encore jamais vue et qui semblait étrangement bénin pour le moment. En essayant d’aller plus loin, elle ressentit plus clairement le caractère vicié, dénaturé de ces cellules acaryotes. Un frisson parcourut son dos et remonta jusqu’à sa nuque. Si elle était en quelque sorte spécialiste dans les arts de guérison, elle était ‘contrainte’ de s’y connaître un minimum en maladies, toxines et autres structures dégénératives. C’est en scientifique qu’elle percevait ce virus comme une invention diabolique. Car rien n’était semblable dans toute la galaxie à l'état naturel. Bien qu’inquiétante, cette découverte avait le don d’éveiller sa curiosité naturelle. D’où ça venait, comment l’avait-il attrapé et qu’est ce qui maintenait le virus en stase ? Comment sa structure pouvait-elle tenir et quels étaient ces effets sur l’organisme ? Par quels moyens ? Des dizaines de questions se bousculaient dans son esprit, formant des hypothèses et contre hypothèses parmi lesquelles une intuition émergea timidement : La Roue ?

Elle fut soudainement interrompue dans ses pensées par l'aura du Sith qui pulsait au travers de la Force, révélant toute sa noirceur. Instinctivement, elle s'immergea davantage dans la Force et s'enveloppa de paix et de sérénité. Cela ne l'empêcha pas d'être déstabilisée par une telle concentration obscure. Profondément obscure et dénuée de folie, ce qui rendait le tout encore plus inquiétant. Une fois de plus elle se retrancha derrière la Force et sa rationalisation pour retrouver contenance.

Lors qu'il porta la main à son sabre, elle dut se faire violence pour ne pas bouger. Serait elle partie en courant ou aurait-elle tenter de le frapper elle n'en savait trop rien mais tout son être la suppliait de ne pas rester là. Pourtant, au-delà de l'instinct, sa curiosité demeurait. Et de plus en plus vivace. Le Sith reprit la parole.
" Darth Mortuus Seigneur noir des Sith..."

Elle n'écouta qu'à moitié la suite. Ce nom résonnait étrangement dans son esprit. Elle l'avait déjà entendu. Au Conseil. Mais sans parvenir à se rappeler exactement du contexte... La seule chose dont elle se rappelait à son sujet, c'est que le Consulat Arkanien le recherchait activement et le voulait. L'ordre de mission avait été donné à l'ensemble de l'Alliance Jedi dans le cas où un évènement ou un autre serait lié à lui. Voilà qui changeait beaucoup de choses. Ce Seigneur Sith venait de lui même à eux. De quoi se méfier, mais également d'en profiter.
"...mais il me semble que vous avez beaucoup à apprendre de moi sans passer par la force."

Elle s'était finalement détendue. Elle avait des ordres, elle avait sa cible. Elle répugnait de l'admettre mais même avec le peu qu'elle avait vu elle avait effectivement des choses à apprendre de lui. La situation lui apparaissait d'une toute autre manière. Elle était partagée de deux envie aussi distinctes qu'incompatibles. D'un côté elle brûlait d'envie de débarrasser la galaxie de l'existence d'une telle entité, quand bien même elle y laisserait la vie. D'un autre côté, elle voulait apprendre et savoir tout ce qu'il avait pu étudier, voir, faire en autant d'années passées à arpenter la galaxie. Car elle admettait sans problème que l'Ordre Jedi comme l'Alliance répugnaient à parler des choses qu'elles ne contrôlaient pas. Or, les zones d'ombre méritaient d'être étudiées au même titre que les autres.

Elle lui rendit finalement son sourire qu'elle agrémenta d'un courtois signe de tête.

" Chevalier Jedi Erzelia Limn'Ei. "

La curiosité l'avait emporté. L'ordre de le ramener aussi.

" J'écouterai avec attention ce que pourrez m'apprendre. Néanmoins je vous poserai quelques questions plus... Personnelles."

Elle aurait plutôt du dire qu'elle écouterai ce qu'il avait à apprendre à Alliance mais ses pensées l'avaient trahies l'espace d'un instant. Tant pis. Elle n'était plus à ça près sans doute.
Levant son verre, elle le lui adressa et le termina.

" Peut-être préférez-vous que l'on aille dans un endroit moins voyant pour aborder les sujets sensibles ? "

Créant momentanément un lien télépathique avec lui, elle lui souffla mentalement qu'elle voulait l'étudier. Elle parlait autant du virus que du sith lui-même car il pouvait l'aider entre guillemets, à atteindre la perfection vers laquelle elle tendait autant dans la Force que dans sa compréhension globale de la galaxie et de la vie.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 30/06/2012
MessageSujet: Re: Renseignements   Sam 20 Juil - 11:11

Petite curieuse. Il sentait sur lui ce regard insistant, cette volonté de s’introduire en lui pour en déceler autant les imperfections que les spécificités. Une Jedi bien plus curieuse que ce qu’il était permis par le code. On sentait la touche quelques peu plus laxiste de l’alliance Jedi, mais il y avait plus. Cette Jedi semblait fascinée et accomodée avec l’étude de l’autre, et plus particulièrement du corps. Fallait-il en déduire qu’il s’agissait d’une guérisseuse ? A vrai dire, Darth Mortuus s’en fichait complètement. Le simple fait qu’elle soit curieuse l’attirait fortement. Il n’était pas du genre à vouloir convertir les Jedi à la voie des sith. Il n’appréciait d’ailleurs pas cette image de corruption. Certes la corruption était l’une des facette primordial du sith par exelence, pourtant du point de vue de Mortuus, tout le monde était sith et Jedi à la fois. Qu’est-ce qui faisait l’être ? Son appartenance à une caste de la force ? ou bien sa volonté et son objectif ? Il visait plutôt la seconde option. Après avoir connu des Jal Shey oeuvrant pour la paix mais employant le coté obscur, il avait reconsidéré toute l’image habituelle du Jedi et du Sith. Il n’y a pas de bon ni de mauvais coté. Pourtant, il ne se considérait pas comme quelqu’un de particulièrement bon. La raison ? Il avait tué de nombreuses personnes et massacré la population entière d’une station dans le seul but d’affoler la Galaxie. Il était perçu comme étant mauvais, mais il voyait cela comme un mal nécessaire pour que la guerre avance. Les Sith, les vrais, n’étaient pas disparu et il fallait le rappeler. Il n’aimait pas cette guerre, mais si personne ne le faisait alors les Sith ne pourraient survivre. Et le Traité d’Upekzar serait l’Ordre Sith du renouveau.
Mortuus se leva et fit craquer les os de sa nuque. La vibration que cela lui procura dans le coup le fit voyager quelques instants dans les limbes de l’absolu. Il rouvrit les yeux et se saisit de son arme pour la porter à sa ceinture. Il l’y fixa. Il perçut le lien qu’elle lui envoyait. Elle voulait l’étudier. Pourquoi ne pas l’avoir dit à haute voix ? Craignait-elle qu’il se serve de cela pour la corrompre ? Il devrait la rassurer. Depuis combien de temps espérait-il pouvoir discuter avec un Jedi sans que cela se fasse durant un duel ou un échange d’insulte ! Il aspirait à cette confrontation verbale depuis bien longtemps. Et si une jeune chevalier Jedi désirait en apprendre sur lui, alors il se livrerait avec plaisir. Le Traité devait s’ouvrir aux Jedi s’il voulait s’expandre.
« - Je n’ai rien à cacher. Autant ce lieu qu’un autre ne m’empechera de parler de ce qui nous intéresse. Mais si vous voulez bien me suivre. Et ! N’ayez crainte, jeune Jedi, je ne compte ni vous trainez dans une rue sombre pour vous achever ni tenter d’abuser de votre bonne confiance. »
Il tourna les talons et se dirigea vers la sortie, sans un regard pour la Jedi, sachant éperduement qu’elle devait déjà se diriger à sa suite. En chemin, il ouvrit sa combinaison se défit de la partie supérieur de celle-ci, laissant son torse à l’air et les multiples reliques qui pendaient habituellement à son coup briller. Parmi celle-ci, accroché à une chaine, se balancait l’Holocron de Darth Drear. A l’oreille des Sith, il n’y avait rien de particulier à en tirer, mais les Jedi pouvaient en entendre la mélodie sinistre et sombre des paroles d’un vieux fou mort et enterré dont la conscience mi-consciente hantait l’objet. Puis délicatement, il ota la partie bas de sa combinaison de combat et se retrouva tout aussi dévetu au niveau des jambes qu’il l’était au torse. Le fourreau, vide, de son sabre sith pendait à sa ceinture, attendant impatiemment le retour de son habitant.
Il laissa la combinaison de combat au sol, en pleine rue et continua sans un regard pour elle au contraire de la Jedi à qui il jeta un regard accrocheur.
«  - Je porte rarement ces combinaisons de combats peu adapté pour la prestence d’un Sith. Une armure ancienne sith m’apporte plus de sureté et un sentiment de confiance indéniable. Et entre nous, je ne pense pas craindre de votre part un quelconque risque. De toute manière, je n’ai vraiment pas envie de me battre aujourd’hui. Si vous désirez prendre les armes, je vous préviens d’office, il faudra m’abbatre de sang froid ou me capturer volontairement. J’ai d’autres soucis en cours qui mérite qu’on leur accorde toute leur attention. »
Il continua sa route et les entraina sur le chemin des commercants ou des centaines de personnes de races et d’ages différentes marchandaient et embarquaient des marchandises de tout types. Articles touristiques, vetement, nourriture, boissons, et parfois au détour d’une ruelle, drogues et produit illicites. Les batons de la mort avaient toujours autant de succès, peu importe la planète ou la population.
Darth Mortuus, peu incommodé par les passants et la foule qui les bousculait, se tourna vers la Jedi et déclara :
«  - Vous semblez plus intéressé par le mal qui m’habite que par les mouvements de mes compagnons d’armes. Pourquoi ne pas rassasié votre curiosité. Qu’est-ce qui vous intéresse ? Pourquoi ne pas commencer par un petit pitch d’introduction. Je ne vous laisserais pas le temps d’arriver à destination pour parler, je pense qu’il nous faut nous apprivoiser tout les deux avant de rentrer dans le vif du sujet, ne pensez-vous pas jeune fille ? Hmmm ? Un Sith et une Jedi ! Quoi de plus original ! Alors commencons par le début. Je suis un sith. Un Seigneur Noir des Sith autoproclamé je l’avoue mais Seigneur Noir confirmé par bien d’autres Seigneur Sith. A entendre l’alliance et la République, les Vestiges de la Sith ne sont qu’une Légende mais nous sommes bel et bien présent dans la Galaxie. Constituant parfois même des Empires, certains plus ample que d’autres. Mais notre force continue de perdure. Nous oeuvrons chacun dans notre coin, jusqu’à ce que parfois l’un d’entre nous tente de lier des alliances. Je suis l’un d’entre nous. »
Il se massa le torse. Une douleur l’avait prit en parlant. La présence de cette guérisseuse semblait affoller le virus emprisonné en son sein. Cette maladie prouvait une fois de plus que la force y était bien présente et que le coté obscur animait ses propres pensées. Bientôt, il s’emparerait de son corps, mais que deviendrait son esprit dans tout cela ? Peut être que cette guérisseuse était la clé vers l’immortalité de son esprit dans son corps ? Il revint à la discussion.
«  - Seigneur Noir des Sith et dernier membre d’une antique confrérie créé bien des siècles plus tôt par un Seigneur Sith du nom de Darth Magus. » Là, il rentrait dans le vif du sujet. Le Traité interdisait qu’on parle de lui à des non-initié. Mais en tant que dernier membre véritable, il avait décidé de changer certaines règles. Certes le Prophète ne devait pas voir les choses du même œil, mais il avait juré fidelité à Darth Mortuus et à ce sujet, ce dernier lui faisait confiance. «  Le Traité d’Upekzar voue un amour profond pour la recherche de la connaissance et du pouvoir. Il ne désire pas se servir de ses connaissances pour influer sur la Galaxie, mais juste apprendre pour son propre plaisir. Depuis toujours, nous avons veillé à garder notre secret caché et peu sont ceux au courant de notre présence. Vous êtes d’ailleurs, le premier Jedi à qui le secret est confié aussi clairement. »
Il marqua une pause et reprit.
«  - Tout comme mon maitre avant moi, j’ai voué une grande partie de ma vie à la recherche de l’immortalité. J’ai étudié de nombreux enseignements, je suis rentré en contact avec bien des ordres et factions utilisant la force d’une manière tout autre que la nôtre Sith. J’ai fuit le front jusqu’à ce que l’Ordre Sith ne s’effondre et disparaisse. Dans les régions inconnues, j’ai beaucoup apprit. Et c’est au cours de nombreuses années que le nom Mortuus a prit tout son sens. »
«  - Vous avez senti la mort en moi, n’est-ce pas ? Et une question vous cherche n’est-ce pas ? La roue ! Vous avez du entendre parler de cela, vous qui semblez si passionné par l’étude du corps. Cette station qui fut le lieu d’une épidémie magistrale, poussant les morts à dévorer les vivants. Ces faits sont attribué à un Seigneur Sith, Darth Mortuus. N’avez-vous donc pas eut vent de ce qui fut mon œuvre ? Beaucoup voit cela comme une déclaration de guerre. Mais c’est beaucoup plus subtil. L’idée était de démontrer que la neutralité n’était qu’une idée, pas un fait. Et que personne n’était à l’abris. Ce qui fut le cas pour moi également. Mon propre virus se retournant contre moi. Quelle ironie. J’aurait du me douter qu’entre subir autant de modification pour survivre au temps, l’antidote y succomberait également, me laissant sans défense aux griffes du virus. »
« - Des questions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Re: Renseignements   Sam 20 Juil - 17:14

A dire vrai elle ne savait pas à quoi s'attendre avec ce Sith. Il contrastait fortement avec tout ce qu'on lui avait enseigné sur le sujet, ou presque si l'on considérait qu'il était très profondément ancré dans l'obscurité. En temps normal les adeptes du côté obscur, pour le peu qu'elle avait rencontré, s'étaient tout simplement jetés sur elle ou avaient fait en sorte de lui nuire. Directement ou indirectement. Chez lui en revanche elle ne percevait pas cette rage folle qui avait caractérisé les autres. Ce qu'elle percevait était bien plus profond et par ce fait même, plus dangereux.

Il fit craquer sa nuque et reprit son sabre. C'était de bon augure. Il prit la parole pour tenter de la rassurer sur ses intentions et confirma le fait qu'elle aurait son "entretien". La rassurer? Un infime sourire se dessina d'ironie bien qu'elle tut ses pensées.


" Dire que j'ai confiance est tout de même un peu osé. Quand à m'achever ou me laisser abuser, ça ne se fera pas sans résistance comme vous vous en doutez. "


Néanmoins elle était satisfaite de voir qu'il n'avait pas d'intention belliqueuse. Du moins pas à son encontre. Cela lui laissait davantage de temps pour en apprendre plus. La perspective d'aller dans un endroit que LUI aurait prévu et non elle cependant l'ennuyait un peu. Beaucoup. Mais si elle voulait une chance de le ramener elle n'avait pas vraiment le choix.

Erzelia lui emboita donc le pas alors qu'il sortait. L'espace d'un instant, l'image d'une scène quasi semblable lui revint, à l'exception que celui qu'elle suivait de près était son maître à son époque. Mal à l'aise par la comparaison, elle se força à rebâtir ses défenses mentales, altérées par sa curiosité. Il était trop tard pour reculer. Elle espérait cependant que l'image fugace qu'elle avait perçue n'était pas un aperçu de l'avenir.
Alors qu'ils marchaient, il se débarrassa du haut de sa combinaison, révélant l'attirail qui ornait son cou. Elle reconnut sans peine un holocron et perçut les sinistres murmures de l'esprit réminiscent qui l'avait conçu. Elle grimaça légèrement avant de se rendre compte qu'il se débarrassait également du bas de sa combinaison. Sous son masque, elle écarquilla légèrement les yeux, tout comme certains autochtones qui se retournaient sur leur passage.

Malgré son masque miraluka elle eut l'impression de croiser le regard du sith. Avait-il sentit sa légère gène ? Peut-être ou peut-être pas. Mais en tout cas il avait du sentir son incompréhension puisqu'il lui expliqua les raisons de son geste. Elle haussa légèrement les épaules.


" Ca me rassure. L'espace d'un instant j'ai eu peur que vous soyez un de ces exhibitionnistes qui pullulent sur l'holonet."

Elle étendit ses perceptions pour veiller à leur sécurité, ou du moins à la sienne. Avec ce monde elle ne voulait pas prendre le risque de se faire surprendre. Erzelia esquiva deux commerçants chargés de colis de différentes tailles avant de reprendre plus sérieusement.

" Je ne compte pas me battre aujourd'hui, et ne suis d'ailleurs même pas armée."

Ce qui était vrai. A part un comlink elle n'avait que peu de choses puisque son équipement habituel était dans une chambre d'hôtel du quartier voisin.

Quoi qu'il en soit, elle n'était pas surprise qu'il ait des soucis. Après tout il était recherché par quasiment toutes les forces de la galaxie. Sa tête était forcément mise à pris et c'était sans parler du fait que son ordre ait été décimé ou du virus qui avait infiltrer son organisme. D'ailleurs, elle était surprise qu'il n'y ait pas eu plus de morts dans son sillage. Il aurait du se répandre mais ce n'était pas le cas. Une question de plus.

Le Seigneur Sith avait continué son discours en parlant cette fois-ci de lui de manière plus directe. Elle avait même le droit à un petit exposé. Sans se cacher, elle avait activé la fonction d'enregistreur de son datapad. A quelques reprises, elle avait ouvert la bouche pour répondre aux propos soutenus ou poser une question mais s'était ravisée, préférant finalement le laisser finir. Il y avait énormément d'informations et certaines en contradiction directes avec ce qu'elle avait ouïe dire.

La jeune jedi avait également noté une différence de l'état de son interlocuteur tendit qu'il parlait. Une sorte de pulsation lancinante dans la Force qui indiquait de la douleur. Ca non plus il ne lui cachait pas.
D'un côté elle se sentait presque vexée qu'il ne la prenne pas pour un danger potentiel. D'un autre, c'était sans doute mieux pour elle.

Partagée, elle continua d'emmagasiner autant d'informations que possible. Quelques instants plus tard, il se tut. Elle garda le silence quelques instants, plongée dans ses pensées.


* Le traité d'Upek...zar... La Roue et ce virus.*
Pensa-t-elle pour elle-même avant de lever la tête vers lui.

Erzelia acquiesça en réponse à sa question directe.

"J'ai d'innombrables questions. Sur ce traité, sur votre.. ordre. Mais surtout concernant ce virus. Vous avez tué des milliers de personnes. Vous dites avoir commis cet acte uniquement pour démontrer l'absurdité d'une idée ? Je reconnais là-dedans l'extrémisme typique des Sith."

Elle était profondément dégoutée par un l'idée qu'un tel massacre ait eut pour origine le caprice égocentrique d'un Sith en panne d'expression ou dans l'incapacité de communiquer autrement que par des moyens aussi... Brillants. Non. Viciés. Il avait fabriqué ce virus.

" Par quels procédés avez vous fabriquez le virus ? Quelle structure lui avez-vous donnée pour qu'il ait fait autant de dégâts sur la Roue et aussi peu sur vous ou sans laisser de morts dans votre sillage ? Est-ce parce que vous êtes en vie qu'il n'est pas complètement actif ?"

Elle hésita un instant.

"Êtes-vous venu pour que l'Alliance vous soigne ?"

Elle était là encore partagée par l'idée, par l'hypothèse de lui apporter des soins. Il avait pris tant de vie, engendré sans de souffrances qu'il ne méritait rien d'autre que la mort. Un jugement ne servirait à rien. En revanche, elle devait reconnaitre que si tout ce qu'il avait soulevé était vrai, ou du moins si il pouvait vraiment apporter autant d'informations qu'il le laissait entendre, cela valait le coup de lui laisser un répit, quitte à le soigner. Dans tout les cas il mourrait à la fin. D'une manière ou d'une autre, un jour ou l'autre. Que sa mort survienne avec ou sans son aide à elle. Mais l'heure n'était pas à cela. Pour l'instant elle était libre d'étancher sa soif de connaissances. Le traité qu'il avait mentionné l'intéressait forcément au plus haut point même si l'idée de tenter d'atteindre l'immortalité lui paraissait absurde. N'atteignait-on pas une forme d'immortalité en rejoignant la Force au terme de sa vie ? Malgré tout elle saurait ce qu'ils avaient découverts.

*Je veux savoir. Simplement pour...la science.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 30/06/2012
MessageSujet: Re: Renseignements   Lun 22 Juil - 11:30

 L’extrémisme typique des sith ?
«  - Ne vous méprenez pas, jeune Jedi. Je n’ai pas abbattu autant de personne juste pour démontrer l’absurdité d’une idée. Bien sur que ce coup était également pour affaiblir l’ordre de la Galaxie et pour rappeller que nous les Sith, les vrais Sith, sommes toujours présent. L’idée était d’emblé de prouver que personne n’est à l’abri. Peu importe votre affiliation, vous etes concernés dans cette guerre qu’est la nôtre. S’en prendre à une station que personne n’avait jamais osé attaqué à cause de sa neutralité a affolé toutes les planètes neutres. Le but n’était pas tant d’entamer une guerre, mais plutôt d’affoler et de créer plus de chaos. La preuve, c’est ce qui a indirectement poussé Dac à changer de position et la guerre a commencé. Beaucoup de Sith l’ont dit avant moi, mais je ne suis pas comme les autres. »
Il sentait, tout en marchant, qu’un changement s’opérait en elle. Elle le répugnait, purement. Elle n’appréciait pas ce qu’il était, et il s’en fichait éperduement. Il n’avait que faire de l’appréciation d’une Jedi. Néanmoins, il pouvait sentir en elle une certaines formes de conflit, motivé par l’admiration des pouvoir qu’il possédait. Elle était donc tant intéressé par ses connaissances, hmmm ? Il souris et continua de marcher.
«  - Je ne sais, à vrai dire, où nous allons. J’espérais que vous pourriez me guider là où vous vous sentirez le plus à l’aise. Après tout, c’est pour vous que nous avons quitté ce bar. Il serait idiot de vous emmener dans une autre endroit qui vous déplairais. Je doute que les appartements d’un Sith puisse vous détendre, aussi banal soit-il. »
Le virus de la Roue semblait l’intéresser au plus haut point.
«  - Le Virus de la Roue est l’un des enfants de l’Alchimie Sith. Sa recette provient d’un ancien holocron, celui-ci même qui se trouve à mon coup. Il a autrefois appartenu à mon maitre qui l’a lui-même trouvé dans la tombe de son créateur, Darth Drear. Il s’agissait d’un Sith oeuvrant dans une ancienne académie Sith. Etudiant comme moi, l’art de la mort, il a mit au point un procédé capable de transformer la chaire morte en matière vivante. Pour cela, il faut avoir une profonde maitrise du coté obscur et avoir en sa possession une mystérieuse plante. J’aurai volontiers partagé ma recette avec vous, mais celle-ci se trouvait sur l’un des croiseurs abbattu sur Upekzar. Quel dommage… »
Une autre douleur lui parcouru le bras. « Calme toi » se dit-il. Il se souvint les paroles de Darth Batrayel. S’il se laissait aller à l’exitation ou à la colère, il risquerait de lacher prise. Mais pourtant, à l’instant même, rien ne l’exitait ni le mettait en colère ! Alors quoi donc ?! Il se calma l’esprit et se tourna vers la Jedi pour répondre à ses dernières questions.

«  - Le virus tue son hôte en moins de deux jours, trois s’il s’agit d’une hôte au physique important, tel les wookies. Cela fait plusieurs mois que je suis infecté. Comment ai-je survécu ? C’est là toute l’ironie de la chose. Mon corps est maintenu en vie depuis de nombreuses années par la puissance du coté obscur. Je me maintiens dans cette état d’éternel jeunesse en permanence et s’en est devenu une habitude que je ne perçois plus, comme il est tout aussi naturel de marcher sans que vous le commandiez à votre esprit. Le virus, tout comme l’anti-virus, fut créé par la même puissance du coté obscur. SI j’ai bien compris la cause de mon infection, il faut croire que ces deux puissances ne peuvent s’appliquer en même temps. Ainsi, je suis contaminé parce que j’ai trop joué avec le coté obscur. C’est ma punition. Pourquoi suis-je toujours en vie ? Car je maintiens mon corps en vie. Désormais, en plus de combattre le temps, je dois également gérer cette colère affamée qui ronge mes entrailles. Un jour, je lacherais prise et le virus gagnera. Pourquoi le virus ne se répend-il pas ? Tout simplement parce qu’il se transmet par la salive ou le sang, et que j’échange rarement ces fluides avec quelqu’un d’autres. Je vous déconseille donc de devenir ma maitresse, cela ne vous rendrais nullement la vue. Certains disent que cela rend sourd. » Il ricanna. «  Ainsi, je vous déconseille d’etre en ma présence le jour de ma mort ou alors préparez-vous à me frapper à la tête. Ma question principale est : Est-ce que le virus gagnera aussi la puissance du coté obscur que j’ai mis tant d’année à enfoncer dans mon corps ? Car si c’est le cas, vous aurez un véritable Seigneur Noir des Sith sur les bras et ce sera bien plus meurtrier que ceux des dernières années. »

«  - Personne ne peut me soigner. Je ne suis pas venu pour que l’Alliance me soigne. Mais pour qu’elle m’aide à retrouver quelqu’un. Un être cher. Et oui, jeune Jedi, les Sith peuvent aimer. Grande nouveauté n’est-ce pas ?! Mais vous, qui posez tant de question. Qu’est-ce qui vous pousse à vous intéresser à moi, sur des sujets qui n’intéresseront guère vos petits Maitres ? Le code Jedi ne met-il pas en garde contre la soif de connaissances ? Je peut vous ouvrir aux arcannes et aux abysses noires de la Sith, mais je doute que celles-ci plaisent à l’Ordre. »
«  - Mais le Traité vous acceuillerait avec plaisir, Sith ou non. Il faudra faire avec de toute manière, car il frappera bientôt. Surtout quand il saura que je suis ici avec vous. Vous n’imaginez pas ce dont nous sommes capables. »

Il se massa la nuque.

«  - Je ne veux pas rejoindre la Légion Sith, ni l’alliance, mais je peux lui offrir Coruscant sur un plateau. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Re: Renseignements   Mar 23 Juil - 18:56

 Les sith étaient donc prêts à aller jusque là pour faire valoir leurs « droits » d’exister, pour semer doute et chaos, pour déclencher une guerre qui leur serait bénéfique. Ils n’étaient pas les premiers évidemment, et certainement pas les derniers. Mais les pouvoirs qu’ils avaient leur permettaient de mettre en place des machinations bien plus osées que les personnes « lambdas ». Les Jedi aussi avaient ce potentiel si seulement ils prenaient conscience qu’ils n’étaient pas là pour faire le travail ingrat de policiers. Ils pourraient très bien prendre le pouvoir et unir la galaxie sous leur égide. Leur détachement les aidait à voir plus clair, à juger avec équité les problèmes les plus graves tout cela en vu d’une paix durable. Mais pour que cela fonctionne, encore fallait il unir les Jedi, leur faire accepter de lâcher les faux semblants et d’accepter ce qui était. Si les Jedi ne s’impliquaient pas davantage, si ils refusaient de faire usage de leur force en forçant l’unification, ce ne sera pas demain la veille que leur combat avancerait. L’Alliance Jedi avait quelques tendances de ce type, et c’était bien pour ça qu’elle avait quitté l’Ordre. Au moins l’Alliance avait compris que le système républicain était vicié dès la base, par sa nature même. L’Ordre ne le comprenait pas et se fourvoyait. Ils étaient contre la tyrannie  mais acceptaient pourtant la tyrannie du plus grand nombre alors que la masse a si souvent tort, est si malléable, manipulable…

D’un certain point de vue, elle comprenait parfaitement que les Sith agissent quels que soient les moyens employés pour parvenir à leurs fins. Parce qu’en jouant dans les règles on se fermait des portes. Mais aussi par ce qu’à partir du moment où on a le pouvoir d’agir comme bon nous semble, pourquoi se priver ? A cause de la morale mais la morale différait d’un individu à l’autre. Elle détestait l’idée que l’on dédaigne la vie d’autrui aussi facilement que le faisait les Sith, mais comprenait qu’ils usent de tels moyens.

Quoi qu’il en soit, par son acte, ou plutôt suite aux réactions liées à son acte, son virus, les conflits avaient éclatés, diverses mais ayant tous ou presque la même origine : La peur. Le besoin de domination pour se sentir maître de soi.

Il finit par lui avouer qu’il marchait au hasard. Elle s’y attendait. Sans un mot elle acquiesça et prit les devants, bifurquant dans une ruelle plus étroite et bien moins fréquentée. Elle s’éloignait des rues commerçantes pour revenir vers un quartier un peu moins animé, ce qui ne signifiait pas qu’il n’y ait personne, au contraire. Il était juste un peu en retrait.

« J’ai une chambre d’hôtel pas très loin d’ici. »

Au moins serait-elle dans un endroit qu’elle « contrôlait » un tant soit peu. Elle serait plus à même de se concentrer exclusivement sur lui.
Tendis qu’ils marchaient vers l’hôtel, il répondit à certaines de ces questions concernant le virus qui avait affecté la Roue.

* Alchimie Sith ?*

Elle en avait évidemment entendu parler. Mais cela tenait plus de la légende qu’à de vrais faits, aussi se demandait-elle à quoi est ce que ça pouvait ressembler. Elle imaginait ça comme une sorte de magie occulte, un peu comme dans les contes. Les contes les plus effrayants certes. Ni au sein de l’Ordre ni de l’Alliance elle n’avait réussi à avoir accès à des informations fiables et digne de ce nom à ce sujet. C’était à croire qu’ils ignoraient tout des « rituels » de l’alchimie sith… Ou que le secret était vraiment bien gardé d’un côté comme de l’autre. Une chose en plus qui aiguisait sa curiosité. Comme si elle avait besoin de ça.  Quant à cette mystérieuse plante, elle doutait qu’il n’en ait pas retenu le nom mais comprenait qu’il refuse de la nommer. Un élément en plus à creuser.

Elle perçut une nouvelle fois la douleur au travers de la Force mais se tut sur l’instant.

Erzelia écouta avec avidité les explications concernant le virus. Le mode d’infection, l’efficacité. Il fit un trait concernant le fait qu’elle couche avec lui. Loin de se démonter, elle esquissa un sourire faussement ingénu et sur un ton ironique.

«  Quel dommage, moi qui avait toujours rêvé de devenir intime avec un Seigneur Sith. »

Finalement, elle poursuivit.

« Vous n’avez pas fait de tests pour savoir justement si oui ou non le virus s’imprégnerait du côté obscur ou si la Force aurait une incidence sur lui par la suite ? En général on s’assure de ce genre de choses avant de lâcher sa bête sur un monde. »

C’était en fait la méthode scientifique classique faite de paradigmes, d’hypothèses, de thèses et finalement de faits d’où on tirait les conclusions adéquates. On répétait cela d’innombrables fois pour en tirer une conclusion sure à 100% ou presque ou en tout cas pour être sûr de n’avoir pas louper des éléments et de ne pas se laisser surprendre par certains effets. Si elle avait été la créatrice d’une telle chose, elle aurait sans doute attendu d’avoir plus d’éléments d’études.
Sa conscience lui rappela d’un ton ferme qu’elle ne devait pas commencer à penser à se mettre à la place de créateurs de mort tels que les sith. C’était une pente glissante. Elle le savait.

Finalement, sans même s’en rendre compte, elle posa la question qui la traversait l’esprit une seconde fois.

 « Serait-ce ma présence qui affole vos sens ? »

Autant demander directement la raison de ces douleurs et si c’était bel et bien le virus comme elle le soupçonnait. Si il réagissait à sa présence… Cela impliquerait beaucoup de choses. Déjà, que puisqu’il était imprégné de Force obscure, l’opposé devait lui faire un effet étrange. Peut-être tentait-il de se défendre contre, ou au contraire, peut-être en raffolait-il. Peu importe. Mai effectivement le fait que le virus ait été créé par la Force laissait craindre encore davantage de débordements que ce qui s’était passé sur la Roue. Du moins tant que son actuel hôte serait en liberté.

En effet, comme il l’avait dit, mieux valait qu’elle ne soit pas à ses côtés au moment de sa mort. Mais mieux valait que personne ne soit à ses côtés à ce moment là. Il fallait qu’il meure en étant isolé de tous. Une triste fin selon elle.

Le Seigneur sith reprit la parole pour répondre à une de ses précédentes questions. On ne pouvait pas le guérir ? On ne pouvait pas au sens que l’on n’avait pas les capacités techniques ou il ne voulait pas ?

Il voulait retrouver quelqu’un qu’il aimait ? Elle rougit légèrement. Effectivement elle n’avait pas imaginé qu’un sith puisse aimer. Elle les pensait consumer par les sentiments néfastes et sans possibilités d’éprouver des sentiments qui pouvaient être aussi positifs que l’amour. Elle préféra ne pas relever.

Finalement c’était à son tour de poser des questions tendis qu’ils entraient dans l’hôtel. Allant vers le turbolift, elle prit un temps de réflexion avant de répondre.

« Je m’intéresse à vous car nous avons peu d’informations, ou des informations biaisées, orientées disons par le danger que vous pouvez inspirer, ou le dégoût. Je n’aime pas n’avoir qu’une seule et unique vue d’une chose. Je préfère avoir tous les paramètres et juger par moi-même. Aussi, même si la majorité de mes questions n’intéresseront pas l’Alliance, elles me permettront à moi d’évoluer. Je… Me moque de l’avis de l’Alliance concernant la gestion de ma vie. Je suis la seule aux commandes et je n’ai intégré l’alliance que par conviction, non par foi. »

Une courte pause.

« De plus, vous semblez vous intéresser aux mêmes domaines que moi. Ou est-ce l’inverse ? Dans tous les cas je suis forcée de reconnaître que vous avez plus d’expérience que j’ai eu l’occasion d’en vivre. Il serait stupide de ne pas tenter d’en tirer profit sous prétexte que nous ne pensons pas de la même manière. Car tout vient de là je pense. »

Elle repensa à sa proposition de l’initier aux arcanes sith. Proposition alléchante pour le côté… aprentissage. Mais risqué sans doute. Elle aurait du dire non en bloc mais ne put finalement fournir aucune réponse à Mortuus. Encore un conflit mineur au sein de son esprit. Conflit entre ses convictions personnelles et les préceptes de l’alliance Jedi.

Sortant du turbolift plusieurs étages plus haut, elle passa la carte pour ouvrir la chambre et l’invita à entrer.

 " Qui recherchez vous exactement ? Et il y a pas mal de monde qui risque de mal prendre notre rencontre. A qui faites-vous allusion exactement ? "

Oui, d'ailleurs, peut-être même que l'Alliance serait de la partie.
Sans rien laisser paraitre elle pouffa légèrement.

" Vous n'y allez pas de main morte. Coruscant hein?! Il faudra au moins ça pour faire oublier à l'Alliance ce que vous êtes."

Son sourire se figea alors que des formes prenaient corps dans son esprit. Voluptueuses et à la fois si réalistes, elle contempla Darth Mortuus à la tête d'une armée d'ombres. La scène s'élargit, laissant apparaitre deux jedi à ses côtés. L'un à la démarche féminine mais impossible de discerner ses traits. L'autre encore plus flou. Une fois de plus, le point de vue s'élargit pour laisser apparaitre un champ de bataille: Des rues jonchées de cadavres et de vivants qui vaquaient à leurs occupations en les ignorants, comme si ils étaient incapables de les voir.
Les images s'évaporèrent telles des volutes de fumée pour laisser place à la réalité. Ses yeux la brulaient légèrement, à cause de son esprit sans doute qui avait du mal à admettre que d'autres choses en plus ne passaient pas par la vue classique.

Erzelia mit un instant, perturbée, à se reprendre. Elle n'avait pas l'habitude des visions, contrairement à certains de ses confrères. Elle en avait presque oublier la présence du Seigneur Sith dans ses environs directs.
Elle du faire un superbe effort de volonté pour reprendre le fil de la conversation.

"J'espère que vous ne comptez pas offrir les mêmes renseignements à la légion sith..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 30/06/2012
MessageSujet: Re: Renseignements   Jeu 25 Juil - 14:14

 «  - Des tests ont été réalisé. Autant sur des échantillons de forceux et de non forceaux. Sith, Jedi. Néanmoins, je n’ai jamais pensé que cela pourrait avoir de soucis au niveau de mon propre organisme. Voyez-vous, pourquoi le créateur d’un virus se l’infligerait de lui-même ? Après tout l’anti-dote avait bien fonctionné sur tout les autres sujets, et non sur moi ? Cela a surement été ma première erreur. Néanmoins, je suis toujours là. La force et la puissance du coté obscur m’aide à me maintenir en vie mais je sens qu’elles me consumment également. Un jour où l’autre il me faudra choisir. Mais dans tout les cas, je me réveillerais pour dévorer la chaire de mes adversaires.  Il est ironique de voir qu’un Sith portant le nom Mortuus finissent par flirter d’aussi près avec la mort. Je suis déjà mort. A quoi bon aurais-je peur de l’alliance ou de ce qu’on peux me faire ? Je n’ai aucune issue à mon traitement. »
Belle chambre d’hotel. Modeste, mais agréable au regard. Il se débarassea de ce qui l’encombrait et déposa son sabre laser sur la table du séjour. Il passa à la cuisine pour se rincer les mains et le contact froid de l’eau le rafraichit au plus haut point.
«  - Je me fiche fort de l’avis des autres concernant notre rencontre. A vrai dire, comme je vous l’ai dit, je n’ai plus rien à perdre. Je suis condamné. Mon règne s’achèvera bientôt. Je ne cherche que mon héritier, mon fils. Il doit se trouver quelque part dans la galaxie. Néanmoins, je doute qu’il soit d’accord de prendre les rennes une fois son pauvre père passer de l’autre coté. Nous n’avons jamais partagé les mêmes notions de ce que doit être le destin de la Sith. »
Coruscant avait donc capté son attention. Il hocha de la tête. Il avait les moyens de s’en prendre à Coruscant. Il y avait bien des arcannes oubliées qu’il n’avait plus utilisé depuis bien des années. Une énorme cicatrices recouvrait encore son avant bras gauche, souvenir d’une expérience réussie qui avait failli lui couter plus que quelques points de suture.
«  - Coruscant n’aidera pas le Consulat à remporter la bataille. Pour cela, il vous faut destabiliser l’ordre Jedi et créer un confit entre eux et la garde noire. Sans compter que la Chancelière doit se balader quelques parts sur Arkania aux dernières nouvelles, n’est-ce pas ? Néanmoins, si vous voulez Coruscant, il vous faudra me livrer à la République. Et je vous assure que vous aurez ce que vous désirez. »
Il marqua une pause. Puis d’un geste vif, il déposa l’Holocron de Darth Drear qui pendait à son cou sur la table, fit voler son sabre laser jusqu’à ses mains et l’alluma. La lame rouge vibra dans la pièce et alla s’encastrer dans l’antique relique. Celle-ci crépita quelques instants. Un sentiment de colère pesant sembla s’effondrer un moment dans la pièce avant de s’evanouir. Darth Mortuus regarda avec passion et respect l’holocron se consummer en quelques braises. Puis il éteignit son sabre laser, et du revers de la main, il balaya les cendres et débris de l’objet sur le sol.
«  - Ne vous méprenez pas jeune Jedi. Mais désormais, il ne reste aucune relique en ma possession qui puisse vous apprendre l’alchimie noire sans passer par moi. Un holocron n’est pas une simple base de données, c’est la conscience d’un Sith enfermé dans une prison sans issue. Il vous aurait converti, moi je ne vous offre que la vérité et vous garderez votre identité de Jedi. Le coté obscur serait la pire chose qui pourrait vous arriver, mon enfant. »
« - Pour ce qui est de votre crainte concernant la Légion Sith, je trouve cela assez amusant de constater qu’il y a toujours une petite rivalité entre eux et vous. Alors que vous êtes censé faire partie du même ordre. Skyurr a donc fait si mal son travail ? Mais peu importe, ne vous inquiètez pas trop. Je ne porte pas vraiment la Légion dans mon cœur. Et elle ne m’apprécie pas fort non plus. »
Il marqua une nouvelle pause. Et c’est là que venait son premier mouvement de pion.
«  - Je ne livrerais mes informations qu’à vous, Chevalier Jedi. Uniquement vous, et aucun de vos maitres ne pourra me faire changer d’avis. Ce sera vous. Et rien d’autres. Il s’agit de ma seule conition. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Re: Renseignements   Jeu 25 Juil - 18:59

 " Il suffirait d'ajuster la formule de l'antidote... Enfin pour ça il nous faut l'original et il on devrait vous faire des prélèvements."

Elle avait bien noté qu'il n'était pas venu pour se faire soigner mais ça devait être son côté Jedi. Peu importait, elle avait son idée.

" Vous devriez vous débattre, surtout si vous voulez que je prenne au sérieux votre appartenance à l'ancienne Sith... Le stoïcisme dont vous faites preuve est digne des plus grands maitres jedi."

Elle pouffa de rire mentalement et dut se faire violence pour ne pas aussi le faire à haute voix. L'imaginer en Jedi était amusant. Et dans sa manière de prendre les choses il n'était pas dissemblable d'elle. A la différence qu'elle ignorait quand elle rejoindrait la Force et n'avait donc pas ce poids.

Elle le laissa utiliser l'eau pour faire de même machinalement juste après. Appuyant que la commande de la chambre, la voix métallique d'un droide lui demanda poliment en basic ce qu'elle désirait. Elle commanda quelques boissons et hors d’œuvre avant de revenir à la conversation.

Il en vint à la personne aimée et recherchée. Son fils. Elle haussa légèrement les sourcils d'un air incrédule. C'était stupide. Seuls les royalistes dans l'âme pensaient de cette manière et c'était contre les fondements défendus par les sith quels qu'ils soient. Et c'était d'autant quasiment suicidaire si le dit "fils" ne partageait pas les ambitions de son père. Ce qui était a priori le cas. A moins que le père se sentant en fin de vie voulait retrouver une partie de ses origines pour partir en ayant le sentiment de ne pas avoir vécu en vain. C'était déjà plus plausible. Que l'amour filial guide les pas de Mortuus n'était pas convaincant.

" Ce ne sont pas mes affaires mais je ne comprends pas ce qui peut réellement vous pousser à le revoir. Il ne partage visiblement pas vos convictions. Ca risque plus de vous nuire qu’autre chose de vous retrouver face à lui et si il venait à vous tuer nous aurions encore davantage de soucis..."

Elle porta la main à sa bouche comme elle le faisait machinalement quand il y avait d'innombrables paramètres à rendre en compte.

" Évidemment, contre des informations nous vous aiderons sans doute à mettre la main dessus."

Elle n'était pas convaincue par ses propres paroles. Il faudrait qu'elle demande l'avis voire la permission du Conseil d'abord.

" Quant à monter l'ordre jedi contre la garde noire... Je doute que l'alliance ait envie de se salir les mains mais c'est à voir."

Il déposa soudain l'holocron et sortit son sabre. Erzelia tendit la main pour empêcher sa destruction mais c'était trop tard. Le pouvoir de l'holocron fut libéré l'espace d'une seconde. Le dernier soupire colérique de son créateur déchaina un instant le côté obscur avant que la sensation ne revienne à la normale. Ou presque si l'on considérait qu'elle s'était un peu habituée à avoir un être aussi opposé à elle à côté.

Au moment où elle avait compris ce qu'il allait faire, l'aura de la firrerreo avait comme explosée, révélant tout son potentiel dans la Force mais également tous ses sentiments entremêlés. Ses vêtements et cheveux s'étaient soulevés avec légèreté comme par une brise. Aucun vent ne pouvait souffler à l'intérieur et c'était bel et bien son pouvoir qui se manifestait avec pureté puisqu'elle ne lui avait donné aucune forme précise, n'avait commandé aucune action car... C'était trop tard.

Il avait détruit l'holocron pour qu'elle ne la double pas en quelque sorte. Non, c'était même pire que ça. Il l'avait rendue dépendante de lui pour ce qui était de l'obtention des informations relatives à l'alchimie sith. Une pointe de colère. Elle détestait qu'on la piège et encore plus qu'on détruise des sources de connaissances. Il l'aurait convertie ? Ca restait à établir. Or avec sa destruction c'était impossible. En somme elle était contrainte de le croire.

" Le côté obscur ne m'atteint pas."

*Qu'il refasse ça...*

Maitrisant la colère, elle la fit revenir à l'état d'agacement. Elle maîtrisa également son aura pour la faire revenir à la normale, présente mais bien moins facilement perceptible, voire imperceptible sauf pour les personnes expérimentées.
Elle ne releva pas les propos concernant la légion et eux, préférant finir de se maîtriser.

Mais finalement, elle ne put contenir un rire sardonique quand il énonça sa condition. Elle avait clairement vu qu'il ouvrait la danse mais son premier coup était risqué. Il faudrait que le Conseil de l'Alliance accepte de "travailler" avec lui, de l'aider à retrouver son fils et encore de laisser un de ses chevaliers, seule avec lui.

" Pourquoi moi ? "

Erzelia attendait une vraie réponse. Claire et honnête. De cela dépendrait la décision qu'elle prendrait par la suite : Parler en son sens ou pas. Elle pouvait taire la présence su sith en ces lieux après tout. Ne garder l'information que pour elle. Ou juste participer à sa capture, son isolement pour s'assurer qu'il meurt isolé de tous et de tout.

Il fallait croire qu'elle avait été davantage agacée que ce qu'elle avait cru. Et elle détestait encore plus s'être dévoilée.

On sonna et la porte s'ouvrit sur un droide poussant un petit chariot plein de mets divers. Erzelia prit un morceau en le congédiant et invita d'un geste de la main le sith a faire de même.

Si jamais la réponse était convaincante, elle aurait elle aussi une condition à lui soumettre et sourit légèrement à cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 30/06/2012
MessageSujet: Re: Renseignements   Jeu 1 Aoû - 15:33

«  - Vous ne comprenez pas, l’antidote n’est pas uniquement fait à base de composant chimiques, mais également d’alchimie sith et de guérison Jedi. Demandez d’où je tiens ces techniques, tout les Sith ne se focalisent pas uniquement sur les arts sombres. Darth Magus étaient bien plus qu’un Seigneur noir. »
Elle ne le prennait pas au sérieux quant à l’appartenance aux anciennes traditions sith ? Il était donc évident quant au fait que les Jedi étaient aussi mal informé quant aux comportements des sith. Surement que le cliché du Sith méchant et mégalo était bien trop ancré dans les esprits.
«  - La Sith n’est pas uniquement constitué de sombres crétins ayant pour seul but la suprématie de l’ordre Sith. Je suis issu d’une lignée de Sith qui vénère le calme et la paix de l’esprit. On peut devenir un maitre des arts obscur sans pour autant sacrifier l’univers entier à sa cause. Je n’ai rien contre l’Ordre Jedi et je respecte grandement l’enseignement qu’il vous procure. J’ai d’ailleurs toujours rêvé pouvoir combattre au coté d’un Jedi. Vous savez, la paix n’est qu’un point de vue. Il fut un temps, ou les Sith aussi cherchaient la paix. Qu’est-ce qui nous diffère après tout ? Juste notre façon d’arriver à une paix. Autrefois, les Jal Shey utilisaient la force sous toute ses formes pour arriver à une paix dans la galaxie, pourquoi ne pas en tirer un enseignement. J’ai toujours détester les Sith qui ne font que faire couler le sang. Des Seigneurs de guerre, voilà comment je les appelle. Sanguinaire et sans véritable notion des vraies valeurs que sont l’honneur, le courage et l’amour. Nous, sith du Traité d’Upekzar, vénèront ces notions car elles nous permettent de nous différencier des bêtes de la Légions ou de certains sith des Vestiges. Et moi, je suis celui qui se sacrifient pour que cette utopie puisse exister. »
Elle parlait désormais de Darth Mollosus, son fils. Le soucis avec Mollosus était qu’il représentait bien plus que le fils d’un seigneur sith. Il était l’héritage du traité d’Upekzar.
«  - Mon fils possède bien plus de pouvoir que moi. Et il est un danger autant pour la galaxie que pour lui-même. Imaginer la puissance d’un Seigneur noir dans les mains d’un enfant. Un jour ou l’autre il déchainera la pire des tempetes sans en être conscient. Mais voilà où se trouve tout l’égoisme des sith, après tout je ne suis pas parfait. Mon fils porte en lui le remède qui me permettra de survivre à la maladie qui me ronge. »

 -----

Il venait donc de briser l’holocron sith. Elle sembla paralysé par la colère qui émana de l’objet. Il en jouit de ravissement. Il se tourna vers elle et fut surprit d’entendre ces quelques paroles. Elle pensait que le coté obscur ne l’atteignait pas, et pourtant il sentait que c’était le contraire. Il y avait un doute puissant en elle. Mais il s’en fichait. Il ne voulait pas faire d’elle un nouveau membre de l’ordre Sith. Cette Jedi était bien trop importante, il sentait en elle une puissance qu’il ne pouvait nier et il y avait de l’admiration, une admiration qu’il éprouvait pour elle. Il vit cela comme une faiblesse mais il ne savait pas comment s’en débarasser.
«  - C’est bien ma chère. Il ne faut pas vous laisser atteindre par le coté obscur car c’est le pire des virus qui pourra jamais vous atteindre. Tout les seigneur sith se croient libéré d’un fardeau en se plongeant dans les abysses noires, mais c’est tout l’inverse. Le simple fait de porter un titre, ce Darth si significatif, prouve une seule et même chose. Nous sommes tous esclave d’une personne que nous ne sommes pas. Gardez bien votre identité. Tirez de mon enseignement et faites en bon usage. Mais ne cèdé pas à la tentation d’en user pour votre propre usage. Vous finiriez pervertie. Et si jamais j’apprend que c’est le cas, je viendrais vous transmettre ce virus qui se trouve en moi. Et je doute que vous fassiez aussi bonne résistance que moi. »
«  - Pourquoi vous ? Mais parce que la force vous a amené à moi, naturellement. Non plus sérieusement, parce qu’à juste ou à tort, j’ai confiance en vous. Je ne cherche pas à me vendre à un ordre ou à un autre, je ne cherche qu’une façon de transmettre mon héritage. Mon règne est sur le point de s’effondrer et je n’ai ni le temps ni l’intérêt de me plonger dans la création d’un Holocron. Je crains que mon héritage ne fasse plus de mal que de bien s’il se retrouve entre les mains de sith. On s’en servirait pour tout détruire plutôt que batir. »

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~~ Membre ~~
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Re: Renseignements   Ven 2 Aoû - 19:04

 En effet, elle ne comprenait pas ce que l'alchimie sith impliquait réellement. Et elle détestait ça. Darth Mortuus finit par lui faire un petit exposé sur les Sith. Il tranchait avec ce qu'elle en avait entendu. Prôner la paix et la sérénité ? Erzelia demeura incrédule quelques instants, le sondant via la Force. Les informations qui lui parvinrent corroborèrent les dires de l'humain. Du moins rien n'indiquait qu'il puisse mentir.

De toute façon, si elle voulait avancer, il fallait qu'elle parte du principe qu'il disait bel et bien la vérité. Ou du moins sa vérité. La jeune jedi fit une moue presque boudeuse.

Et finalement le sujet revint à son fils. Erzelia n'avait pas pris la juste mesure de la menace mais si il était plus puissant et moins enclin à la paix que son père... Il constituait effectivement une menace qui devait être stoppée. Or, ça relevait exactement des missions et fonctions de l'Alliance Jedi. Le Sith donnerait des informations utiles et avertissait en plus d'une menace. L'Alliance n'était pas l'Ordre. Elle accepterait peut être d'éventuelles négociations avec lui. Après tout, il était bien moins différent d'elle que ce qu'elle avait pensé. Ca pèserait dans la balance. Mais il faudrait jouer là dessus lors de l'entretien qu'elle aurait avec le Conseil de l'Alliance.

Elle n'avait toujours pas complètement avalé qu'il ait pu se débarrasser d'un holoncron mais son côté rationnel tentait de lui faire relativiser. Si cet holocron avait réellement été assez puissant pour la convertir, c'était une bonne chose pour elle qu'il ne soit plus. Même si elle n'aimait pas se l'avouer. En revanche, l'air sur lequel le sith lui avait "confirmé" qu'il était bon qu'elle ne soit pas atteinte par le côté obscur ne l'avait pas vraiment mise à l'aide. Elle avait clamé que le côté obscur n'avait aucune prise sur elle mais il était vicieux et s'insinuait dans n'importe quelle faille. En plus par cela elle 'navait fait que montrer au sith l'arrogance dont elle était parfois capable...

Revenant à un sujet moins pénible que son hypothétique conversion, elle écouta avec une attention soutenue la réponse à sa question "pourquoi moi?". La confiance fut son premier argument. La transmission de son héritage un autre. Et enfin la paix. Ca tenait debout... OU avait elle simplement envie de le croire ?

Elle laissa la réponse en suspend quelques secondes avant de reprendre d'un ton soudain plus sérieux que qu'elle avait été jusque là.

" Je suppose que vous attendez une réponse maintenant ?.. Vous comprendrez que je doive d'abord en référer au Conseil de l'Alliance Jedi. Votre situation et votre statut rendent complexes la situation."

Erzelia prit son comlink et se tourna vers la porte donnant sur une autre pièce de la chambre, une sorte de petite salle de bain exiguë. Elle s’arrêta devant comme si elle considérait un instant les lieux.

" Faites comme chez vous en attendant."

La jeune Jedi s'entoura d'une bulle de Force qui empêcherait la conversation de filtrer et s'engouffra finalement dans l'étroite pièce. Elle plaça l'objet de communication en équilibre sur une étagère fixée au mur.
Activant l'holocomm sécurisée, elle vit apparaitre après quelques secondes le corps et surtout l'énorme tête du Maitre Timbolt, un céréen et membre du Conseil de l'Alliance. Elle s'inclina brièvement et annonça de but en blanc la raison de cet appel prioritaire.

"J'ai bien pris contact avec notre mystérieux informateur. Il est prêt à nous offrir Coruscant."

Les sourcils du céréen se soulevèrent d'un air incrédule autant qu'intrigué. regard qu'il échangea avec certains de ses confrères.

"Coruscant... Peu de personne dans la galaxie peuvent se targuer de pouvoir le faire. Quelle est l'identité de cette personne ?"

" Un sith connu sous le nom de Darth Mortuus."

L'image changea, montrant une falleen à la peau sombre et le maintien digne de l'aristocratie. Sa voix douce mais profonde résonna avec une douceur emprunte de puissance.

" Ce Sith est recherché vivement dans toute la galaxie, et la peine qu'il encourt a déjà été définie. Ses exactions ont conduit à la mort de milliers de personnes. Pourquoi vouloir soudain entrer en contact avec l'Alliance Jedi plutôt que ses...pairs ? "

L'image du céréen revint après une flottement d'une seconde.

" Il a indéniablement des contacts assez hauts placés pour ainsi pouvoir nous pousser à envoyer un chevalier Jedi à sa rencontre. On ne doit pas le prendre à la légère."

Erzelia réprima un sourire. Si le Maitre Zoldik, la falleen, réfléchissait avec raison, elle avait cru voir germer l'inquiétude dans l'esprit du céréen. 

" Maitres, le Sith n'aspire qu'à retrouver son fils et à une certaine paix vu son âge. Le Sith qu'il recherche constitue selon Mortuus une menace bien plus grande encore que son existence ou ce qu'il a pu faire. Par ailleurs, il ne m'a fait aucun mal et est enclin à se laisser... capturer."

L'âge n'avait rien à voir avec le fait qu'il désire la paix mais il était trop difficile d'expliquer en une phrase Mortuus, surtout à des Jedi ayant autant voire plus de préjugés qu'elle. Et elle était bien placée pour savoir que si elle n'avait pas vu Mortuus, jamais elle n'aurait cru ce qu' elle venait de dire. Elle devait peut-être aussi prévenir le conseil concernant le virus... Mais ça risquait d'être pire aussi. Et dans ce cas ça mettrait en danger les connaissances qu'il possédait. Et puis après tout, Erzelia était apte à gérer le 'poids' de ce virus. Il suffisait d'empêcher le sith de mourir. Du moins pour le moment.
Si elle voulait que l'Alliance accepte il fallait un raisonnement logique selon leurs critères.

" Il a admis que ce qu'il avait fait sur la Roue avait échappé à son contrôle. Il est par ailleurs en proie au même mal. Combattre ce virus lui prend pas mal d'énergie ce qui explique sa soudaine attirance pour 'la paix'... Darth Mortuus est mourant. Il ne souhaite pas que sa mort soit l'avènement de son fils. Il l'a décrit comme bien plus dangereux que lui. Et... Il me semble qu'un aussi puissant Sith ne demanderait pas à rechercher une personne sans être sure de ce qu'il avance. Et il est assez désespéré par cette menace pour venir jusqu'à nous."

Les Maîtres gardèrent le silence quelques instants et finalement débattirent de longues minutes. Erzelia savait qu'elle n'avait pas son mort à dire durant ce laps de temps. Tout était évalué. Le virus qu'il portait n'était il pas dangereux ? Si bien sur mais il était contenu et Mortuus était à l'heure actuelle avec un guérisseur avertit qui pourrait intervenir en cas de besoin. Au pire il suffirait de l'exécuter dans un endroit sécurisé et où nul n'irait.
Le sith que Mortuus recherchait ? Qui était il ? Quelles étaient les informations sur lui ? Il faudrait garder un oeil sur lui évidemment et agir en conséquence. Quant à Coruscant... Toute information pouvait s'avérer utile. Mais le côté obscur finissait toujours par s'insinuer. Le jugement d'Erzelia était le plus souvent bon, ou juste, mais face à seigneur de la manipulation tel que lui, il était peu probable qu'elle en sorte indemne.
Devait on doubler les effectifs et amener d'autres négociateurs plus avertis ? Non.
La falleen reprit la parole.

" Chevalier Limn'Ei, pour une raison inconnue il semble que vous ayez réussi à apprivoiser en partie ce sith. Malgré la menace qu'il représente, nous acceptons de l'aider à rechercher son fils. Néanmoins nous ne pourrons le faire sans un nom et diverses autres informations. Evidemment, ceci ne sera effectué qu'en échanges de ces précieuses informations qui ouvrirait la voie de Coruscant au consulat arkanien."

Elle marqua une pause, considérant longuement la jeune chevalier.

" Il semble que vous devrez continuer de le côtoyer. Même plus. Vu le danger qu'il représente, nous vous laissons juge d'agir en vue du plus grand bien commun. Ce virus ne doit pas s'étendre de nouveau. Nous préférons perdre les informations que de laisser une autre tragédie se produire. Apprenez ce que vous pourrez mais ne  vous mettez pas en danger plus que vous ne l'êtes actuellement."


Le céréen réapparu.

" Nous vous laissons deux semaines. Ensuite vous reviendrez ici."

Erzelia fronça légèrement les sourcils d'incompréhension.

" Je ne suis pas sûre d'avoir saisi la raison d'un retour aussi anticipé."

" Pour nous assurer que vous ne vous seriez pas perdue en route. Nous attendons de vous des rapports réguliers sur votre localisation et les informations données."

Erzelia acquiesça avec sérieux.

" Bien Maitres."

La falleen réapparue.

" Quelque chose vous gène ?"

La jeune Jedi fit signe que non. Elle avait omis un certain nombre d'informations et arrangé un peu la réalité à sa sauce pour arriver à un résultat qu'elle appréciait. Malheureusement il fallait croire que le Maitre Zoldik était vraiment en phase. Il était connu que l'on ne pouvait rien lui cacher. Et Erzelia pouvait en faire une nouvelle fois l'expérience. Malgré tout elle persista.

" Non. Juste une appréhension à cotoyer d'aussi près un tel individu."

Elle acquiesça d'un air rassurant et coupa la comm après  le traditionnel "que la Force soit avec vous".
Erzelia ressortit de la salle de bain et enleva son bandeau miraluka, révélant ses yeux perçants au sith.

"Il semble que l'Alliance soit encline à vous aider à retrouver son précieux enfant en échange d'informations."

Erzelia sourit légèrement.

" J'ai hâte de commencer. Quel sera le premier sujet ? L'alchimie ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 30/06/2012
MessageSujet: Re: Renseignements   Jeu 5 Sep - 10:03

Mortuus fit oui de la tête. Cette Jedi était fort curieuse et il s’amusa grandement du fait qu’à peine le contact établi, elle divaguait déjà pour s’intéresser à un sujet sans rapport avec l’Alliance Jedi. Mais le ne laissa rien transparaitre. Il se leva et se rapprocha de la jeune femme. Elle avait enlevé son bandeau et laissait ainsi à portée de vue ses yeux vides, si caractéristique des Miraluka. Mortuus prit plaisir à se plonger dans l’infinie occulaire de la jeune femme.
«  - Ne le prenez pas mal, jeune fille, mais je ne peux m’empecher d’etre émerveillé par la beauté de vos yeux. La nature vous a doté de quelques choses d’infiniment merveilleux, quelque chose que j’aurai toujours du mal à comprendre. »
Il se détourna d’elle et retourna s’installer confortablement autour de la table. Il réunit ses pensées une dernière fois avant de se lancer.
«  - L’alchimie sith n’est pas un sujet simple à aborder. Dans tout l’ordre Sith, rares sont ceux qui l’utilisent encore. Il ne s’agit pas tant de l’apprendre, car ce savoir est accessible à bien du monde. Non sa difficulté réside dans sa capacité à être assimillée et utilisée, controlée. SI beaucoup de Sith peuvent invoquer des Leviathans, rares sont ceux capable de les maintenir calmé et de les faire agir selon leur désirs. Sachez d’abord que je ne me considère pas comme un Sorcier. Ainsi nommait-on dans les temps anciens ceux qui pratiquaient l’alchimie. Je maitrise assez l’alchimie que pour me permettre de me plonger dans les arcannes les plus obscures mais je me spécialise dans différentes catégories de l’alchimie Sith par passion et intérêt personnel. Je tiens mes connaissances de l’alchimie de plusieurs holocrons et autres manuscrits anciens que j’ai découvert au cours de mes voyages, mais j’y ai été initié par Darth Magus, mon Maitre il y a bien longtemps.
L’alchimie sith requiert avant tout un équipement particulièrement couteux et varié, selon ce que son utilisateur désire réaliser. L’idée reçue est qu’il est plus compliqué de manipuler des gènes vivant qu’un objet mort, mais il est tout autre. Car il s’agit bien de cela. L’alchimie Sith manipule les gènes et les matières pour insufler en elle une existence différente de ce qu’elles étaient avant. Il est ainsi possible « d’enchanter » des objets pour les rendre plus puissantes, ou de canalyser de l’énergie dans des talysmans pour augmenter la maitrise de la force de son porteur. Mais l’alchimie Sith permet aussi de créer des créatures ténébreuses et de manipuler des gènes vivantes.
On cite souvent de grands noms quand on aborde l’alchimie Sith. Mais je vous passerais cette partie. Car tout ces sith, aussi puissant furent-ils, appartiennent au passé et n’ont pas su se montrer digne de leur savoir. »
 
Il marqua une pause. Le Seigneur Sith se massa la nuque et se leva. Il se dirigea vers les armoires de la cuisine et dénicha une cruche et deux verres. Il rempli la première et se dirigea vers la table en serrant les deux autres d’une main. Il s’installa et reposa le tout sur table. Mortuus leva la main et invoqua la force. Lentement, la cruche s’éleva dans les airs et se balanca pour vider de l’eau dans l’un des verres puis dans l’autre, avant de terminer son mouvement délicatement sur la table. Il prit un verre et fit glisser l’autre vers la Jedi.
«  - Contrairement à ce petit tour, l’alchimie Sith n’est pas un jeu. On ne peut s’amuser avec les gènes d’un être vivant. L’alchimie Sith requiert une grande connaissance des individus ou des matières avec lesquels on travaille. La plupart des apprentis Sith qui s’éxercent à l’alchimie sith font l’erreur de dédaigner les êtres vivants qu’ils manipulent. Mais si on s’éloigne de la théorie, que l’on s’intéresse non seulement à la nature chimique des êtres vivants mais également à leur culture, à leur façon de vivre, on peut alors s’en servir pour manipuler d’autant plus leur gènes. Le coté obscur peut être brutal, mais il peut également se présenter comme une force douce. Il suffit de voir l’histoire de tout ces grands seigneur sith qui se sont laissé influencer, bercer, nourri par le coté obscur. Pas comme toute ces brutes qui utilise le coté obscur par simple besoin de violence. Ces seigneurs de guerres… »
Mortuus se leva. Et regardea la jedi.
«  - Néanmoins, je trouve nécessaire que nous passions quelques temps à certains apprentissages. Si L’alchimie sith permet de créer, elle permet également de guérir. Alors je vous propose de sortir un peu, d’errer en rue. Il y a toujours quelqu’un à guérir. Allons, venez, nous allons faire un acte de charité envers un blessé. »
Il se dirigea vers la porte, vérifia que son sabre était bien à sa ceinture, attrapa un gobelet d’eau et passa la porte.

«  - Venez. » lui lanca-t-il dans l’embrasure de la porte, un sourire calme et apaisant. Ce regard, c’était celui d’un sith, il n’y avit pas à en douter. Même si Mortuus mettait tout en œuvre pour paraitre le plus calme et le plus normal possible, il ne pouvait réprimer le flot de rage et de colère qui était en lui. Mais il le savait et préfèrait ne pas mettre trop d’effort à le cacher. Après tout, n’étaient-ils pas en accord tout deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Renseignements   

Revenir en haut Aller en bas
 

Renseignements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Renseignements sur les unitées apocalypse
» Arkham Origins : Renseignements de Gotham (Anarky / Pinkney)
» PREMYE GWO ESKANDAL SOU PREVAL....
» renseignements au sujet de la soiree du roi
» La chrononutrition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Ultimate :: RPG :: Bordure Intérieure :: Onderon-

ENCYCLOPEDIES SW

HEBERGEUR D'IMAGES

AIDES DIVERSES

© 2012 - 2013 Star Wars Ultimate, Tous Droits Réservés.
Design par Caine Lornan, reproduction partielle ou totale interdite.